La Belgique compte quatre nouvelles Factories of the Future

Depuis ce 23 février, Delhez Tôlerie, L'Oréal - Usine de Libramont, Cargill et Danone sont les nouvelles « Factory of the Future » de 2021. De leur côté, Continental, Provan, St-engineering (anciennement Newtec), Borit et Nuscience ont réussi à renouveler leur titre de « Factory of the Future ». Cela porte le total des Factory of the Future en Belgique à 42 entreprises.

Delhez Tôlerie (Thimister-Clermont), L'Oréal - Usine de Libramont (Libramont), Cargill (Izegem) et Danone (Rotselaar), sont les nouvelles « Factory of the Future » de 2021. En sept ans, le réseau des entreprises manufacturières ayant obtenu cette labellisation s’est agrandi pour compter aujourd’hui  42 entreprises qui, ensemble, ont investi plus de 1,9 milliard d'euros en Belgique au cours des 5 dernières années. De leur côté, Continental, Provan, St-engineering (anciennement Newtec), Borit et Nuscience ont réussi à renouveler leur titre de « Factory of the Future » pour les trois prochaines années.

Les Factory of the Future Awards émanent d’une initiative de la fédération technologique Agoria et Sirris, et a été reprise par la stratégie Digital Wallonia du côté de la Wallonie. Cette cérémonie de remise des awards a lieu chaque année. En 2021, l’événement a été maintenu malgré le contexte sanitaire et économique et les lauréats ont pu recevoir leur prix en présence du Premier Ministre flamand, Jan Jambon côté Flandre, et du Vice-Président et Ministre en charge de l’Economie et du Numérique, Willy Borsus, côté Wallonie. Plusieurs centaines de participants ont pu suivre cette cérémonie en direct mais en version virtuelle.

La crise actuelle n’a pas paralysé les « Factory of the Future »

Bien que 2020 ait été une année pleine de défis à surmonter, la crise sanitaire et économique prolongée n'a pas affecté les usines du futur. Une enquête auprès des 42 détenteurs de titres montre que dans le feu de la crise, 8 entreprises sont restées 100% opérationnelles. Dans les autres Factory of the Future, la baisse du taux d'activité a été limitée : elles sont restées opérationnelles en moyenne entre 70 et 95%. Ce résultat remarquablement bon a été rendu possible par une combinaison d'interventions, telles que la réorganisation rapide des sites de production et l'introduction d’une série de mesures de sécurité et de méthodes alternatives pour protéger les employés de manière optimale. Plusieurs entreprises rapportent également avoir trouvé de nouveaux marchés pendant la crise et que, notamment grâce à l'introduction obligatoire du télétravail lorsque cela était possible, elles ont réalisé des avancées majeures dans la numérisation.

Les 42 Factory of the Future ont également réalisé en moyenne 90% des investissements prévus au cours de l'année 2020. Cela implique à la fois le renouvellement des infrastructures et des investissements dans de nouvelles machines, l'automatisation et la numérisation. L'aspect du bien-être au travail était également particulièrement à l'ordre du jour de ces pionniers de l'industrie pendant « l'année corona ». 

Le concept de « Factory of the Future »

Les Factories of the Future sont des entreprises qui investissent dans la numérisation et dans des processus et des produits intelligents. Ils traitent l'énergie et les matériaux de manière réfléchie et stimulent l'implication, la créativité et l'autonomie des collaborateurs. Pour obtenir le titre convoité, les entreprises doivent obtenir au moins quatre sur cinq dans chacun des 7 domaines de transformation de la méthodologie Made Different de Sirris et Agoria lors d'un audit poussé mené par des experts indépendants.

Delhez Tôlerie, L'Oréal - Usine de Libramont, Cargill et Danone ont passé l'audit avec brio ce qui les hissent au plus haut niveau d’excellence numérique.

« Les transformations des Factories of the Future ne sont pas seulement réalisables pour les grandes entreprises : toutes les PME peuvent commencer une transformation numérique. Si vous regardez la liste des réalisations, vous pouvez voir que pas moins de 24 des 42 FoF actuelles sont des PME de moins de 250 salariés », déclare Herman Derache, Directeur général de Sirris.