Aller au contenu principal

Siège de stade chauffant : Sit&Heat y a pensé, Sirris l’a fait

Début 2015, quand la PME hollandaise Sit&Heat contacte Sirris pour mettre au point un siège de stade chauffant, elle frappe à la bonne porte : quelques années plus tôt, Sirris a déjà développé quelques applications des matériaux thermoplastiques légèrement conducteurs. Contrairement aux plastiques conventionnels, parfaitement isolants, le courant électrique y circule ; la résistance qu’il rencontre est responsable d’un dégagement de chaleur. Une solution toute trouvée pour Sit&Heat.
  • Sirris a développé il y a quelques années un matériau thermoplastique doté d’une charge électro-conductrice.
  • En 2015, elle a adapté ce principe pour concevoir des sièges de stade chauffants pour Sit&Heat.
  • Un premier stade va s’équiper de quelques milliers de sièges aux Pays-Bas.

 

Sit&Heat développe des sièges et coussins chauffants pour offrir un accueil confortable et plus écologique sur les terrasses, dans les stades, les bateaux, les caravanes, les églises… Un bel exemple de PME bâtie sur une idée originale, née en 2008 dans la tête de son créateur, le Néerlandais Jorg Rijkschroeff.

 

« Nous avions déjà réussi à faire passer du courant dans une matière plastique. Et comme le plastique est mauvais conducteur, il chauffe. »
 

Un plastique chauffant, résistant et coloré

Si le principe du matériau thermoplastique semi-conducteur était acquis, il restait à déterminer sa composition et sa forme optimales, afin que les sièges puissent chauffer sans se déformer sous l’effet de la chaleur, et de l’enthousiasme des supporters. Le deuxième défi pour Sirris, c’était de trouver comment conserver aux sièges un aspect coloré et accueillant – leur capacité conductrice étant liée à l’adjonction de noir de carbone, source d’une coloration noire peu attrayante.

Co-injection

La solution développée par Sirris a la simplicité des grandes idées. Le siège sera produit par co-injection de deux matériaux différents : une couche supérieure, colorée, en propylène classique, et une couche inférieure, chauffante, en polypropylène chargé de noir de carbone. Comme les matériaux des deux couches sont compatibles, ils se souderont naturellement lors de la co-injection. Tout bénéfice pour la simplicité et la productivité du procédé de production.

Un premier stade équipé en 2016

Un prototype développé chez Sirris en 2015 a montré que le siège atteint rapidement la température requise, dans les conditions d’alimentation spécifiques aux stades, et en préservant sa solidité. La solution a déjà convaincu un stade des Pays-Bas, qui va s’équiper de quelques milliers de sièges.  Sirris assurera la consultance auprès du fabricant de Sit&Heat pour la production de la couche électro-conductrice.