Aller au contenu principal

Scaldis développe une combinaison totale pour salle blanche

Scaldis intègre aux vêtements de protection pour salles blanches un masque qui réduit fortement les manipulations nécessaires lors de l'habillage et minimise les risques de contamination. Sirris a aidé l'entreprise dans ce développement.

 

L'entreprise Scaldis à Péruwelz est une société familiale active depuis plus de 25 ans dans la décontamination des vêtements de salles propres. Elle a développé il y a quelque temps un nouveau produit "ready-to-use" et un système d'habillage pour entrer en salles propres en limitant tout risque de contamination. Avec le système de pliage et la procédure d'habillage appelés BeMicron, les gestes de l'opérateur s'enchaînent automatiquement et rapidement sans toucher l'extérieur de la tenue et sans erreur de procédure.

 

Pour élargir son offre et rester dans cette philosophie de l'habillage facile, la firme a imaginé d'intégrer aux vêtements de protection un masque de type « lunette de ski ». L’avantage de cette intégration est une réduction des manipulations nécessaires à l’habillage mais également une meilleure protection contre les risques de contamination.

 

Sirris a aidé l'entreprise dans ce développement.

 

Une première étape a été la définition du cahier des charges et des spécifications techniques. Notamment, le matériau du masque devait être capable de supporter des stérilisations de plusieurs types. Il devait être cousu au vêtement mais avec une facilité de montage/démontage de la visière lors du nettoyage du textile. Il devait respecter les normes de ventilation médicale (ouvertures indirectes etc..). Enfin, son prix de revient ne devait pas dépasser un niveau de coût pour un prix acceptable par le marché.

 

La deuxième étape a été la conception du masque proprement dite , avec la réalisation de prototypes pour valider les hypothèses de design, et les itérations successives pour arriver à un bon résultat.

 

Une pré-série de 10 masques a été fabriquée ensuite pour valider les choix de matières et les coûts et pour tester le produit en usage.

 

 

Aujourd’hui la société est prête à commercialiser son invention.