Aller au contenu principal

La Collaborative Analytics Platform, clé du dialogue numérique chez Picanol

Picanol est spécialisé dans le développement, la production et la vente de machines à tisser de haute technologie. Ces machines enregistrent de plus en plus de données de fonctionnement et de réglage susceptibles de générer des informations utiles. Mais comment transformer ces données en services data de qualité ? C’est, depuis 2 ans déjà, tout l’enjeu de la collaboration intensive entre Picanol et Sirris.

En misant sur  l’interaction numérique entre machines, Picanol s’aventure en terrain inconnu, à l’instar de nombreuses autres entreprises. Comment les innovations peuvent-elles s’intégrer aux lignes de production et aux services existants ? Quelle technologie peut être implémentée ? Où ? Et avec quel avantage pour le client ?

Technology Adoption Coaching

Pour exploiter pleinement les opportunités du numérique, Sirris propose un Technology Adoption Coaching. L’accent est mis sur la mise en œuvre, mais surtout sur la valorisation optimale de la nouvelle technologie. « Il s’agit d’un processus interactif qui repose sur la collaboration et l’échange de connaissances et d’expertise », explique Steven Van den Berghe (Senior Advisor Software Engineering & ICT chez Sirris). Outre des études d’architecture, il comporte également, entre autres, l’expérimentation de l’interaction et de la visualisation des données.

Collaborative Analytics Platform

Le projet de Collaborative Analytics Platform (CAP) en est un exemple concret. Les données des machines à tisser et le savoir-faire connexe sont collectés dans un « data lake » centralisé. La CAP permet à des profils d’horizons et d’expertises différents de travailler plus aisément sur les mêmes données.  

« Les machines sont aujourd’hui conçues de manière très complexe, » ajoute Steven. « Les optimiser et les intégrer demande des connaissances pointues, souvent réparties entre plusieurs experts. La CAP leur permet d’interagir, éventuellement à distance, avec ces données. Il est ainsi possible de proposer, à côté des machines, de nouveaux services numériques de qualité. Les données recueillies donnent, par ailleurs, de précieuses indications sur le fonctionnement et l’utilisation des fonctionnalités, ce qui ouvre aussi de nouvelles perspectives d’avenir. »