Aller au contenu principal

Jusqu’à 60 pour cent d’usure en moins grâce à l’usinage cryogénique chez Sonaca

L’entreprise wallonne Sonaca de Gosselies conçoit et fabrique des assemblages structurels pour le secteur de l’aéronautique. Pour l’un de ses produits, elle a évalué dans quelle mesure le refroidissement cryogénique pouvait constituer une plus-value lors du tournage de pièces en titane.

 

Le processus de tournage classique utilise une émulsion ou une huile de refroidissement pour dissiper la chaleur générée par l’usinage. Les températures élevées atteintes pendant le processus constituent en effet l’un des principaux facteurs d’usure des outils. Dans le cas de matériaux réfractaires tels que le titane en particulier, ils absorbent une grande partie de la chaleur, ce qui entraîne une usure accélérée et des coûts d’outillage élevés. 

Étude de faisabilité

Dans le cadre d’une étude de faisabilité en collaboration avec Sirris et Air Liquide, Sonaca a évalué les possibilités et défis de l’usinage cryogénique. À haute pression, les gaz utilisés, tels que le CO2 ou l’azote, présentent des températures extrêmement basses. En expansion, le CO2 atteint -78 °C et l’azote est liquide à environ -196 °C. Cette capacité de refroidissement extrême peut être mise à profit pour refroidir les processus d’usinage, en particulier dans le cas de matériaux réfractaires comme le titane. 

 

Les résultats de cette étude étaient très prometteurs. Les outils présentaient une usure nettement inférieure (jusqu’à 60 pour cent) et ce, pour une même productivité. La finition du produit (rugosité de la surface) était également améliorée, car les températures pouvaient être mieux maîtrisées et les copaux collaient par conséquent moins à l’outillage.