Revivez les meilleurs moments de The Green Exchange

Près de 650 membres et autres invités ont participé à l’événement conjoint d'Agoria et de Sirris 'The Green Exchange' à BluePoint Brussels le 25 mai passé. Ils sont venus s'inspirer au sujet de l'économie verte et durable de demain et, surtout, des possibilités qu'elle offre aux entreprises technologiques belges. Revivez-en les meilleurs moments !

Quel était le sujet exact de 'The Green Exchange' ? Une vue d'ensemble :

  • Les défis climatiques, la raréfaction des matières premières, l'urbanisation croissante, la question énergétique... Pour assurer l'avenir de notre planète et de nos enfants, il est temps d'agir. L'innovation technologique rend les solutions possibles.
  • Les entreprises technologiques belges disposent de beaucoup de savoir-faire et d'expérience en interne, non seulement pour donner elles-mêmes le bon exemple, mais aussi pour soutenir d'autres entreprises dans leur transition écologique.
  • Nous avons posé la question à Bertrand Piccard, le pionnier suisse des technologies propres qui, il y a quelques années, est devenu la première personne à faire le tour du monde dans un avion propulsé uniquement par l'énergie solaire, le Solar Impulse 2.
  • Zakia Khattabi (ministre fédérale du Climat, de l'Environnement, du Développement durable et du Green Deal), Marie Delvaulx (directrice de The Shift) et Bart Steukers (CEO d'Agoria) ont discuté de la manière dont la coopération entre les décideurs politiques, les entreprises et les autres parties prenantes peut stimuler la transition verte.
  • Agoria a présenté le premier rapport de durabilité de l'industrie technologique belge en primeur.
  • René Branders, président de Sirris et Agoria, a annoncé la création de la communauté industrielle Agoria-Sirris.
  • Les membres de Sirris et Agoria ont été présentés à neuf 'Green Champions' du secteur des technologies.

Bertrand Piccard: "Propre, efficace ET rentable"

Bertrand Piccard a affirmé, dans un discours percutant, que l'économie/industrie et l'écologie ne sont pas forcément opposées, bien au contraire : ces dernières années, les progrès technologiques ont été tels, grâce au pouvoir d'innovation des entreprises technologiques, que des solutions propres, efficaces et rentables existent désormais pour un nombre croissant d'applications. En tant que société, nous serions fous de ne pas commencer à les utiliser à grande échelle...  "Visons une croissance qualitative, c'est-à-dire une croissance économique avec de la création d'emplois, rendue possible par le remplacement des anciens systèmes polluants par de nouvelles technologies propres, efficaces et rentables (...) afin de moderniser notre monde. " 

Il a illustré son plaidoyer de manière très concrète en utilisant ses propres expériences d'aventurier, par exemple avec l'avion solaire Solar Impulse 2. Il a également expliqué la mission de sa Fondation Solar Impulse, qui propose plus de 1 000 solutions technologiques pour protéger l'environnement de manière économiquement viable : énergie, eau, alimentation et agriculture, déchets et pollution, mobilité, construction et industrie.

Revoyez ici le keynote de Bertrand Piccard : 

Coût de la transition par rapport au coût de l'inaction

Quels sont les éléments prioritaires sur lesquels nous devons travailler aujourd'hui pour réussir la transition verte d'une manière qui soit économiquement viable ? Quel rôle spécifique les autorités doivent-elles jouer ? De quel cadre réglementaire et de quelles politiques d'investissement dotées de leviers économico-financiers avons-nous besoin ? Et comment transformer les défis de la transition écologique en une histoire positive, toutes générations confondues ? Zakia Khattabi (Ministre fédérale du Climat, de l'Environnement, du Développement durable et du Green Deal), Marie Delvaulx (Directrice, The Shift) et Bart Steukers (CEO Agoria) ont discuté de ces questions. Ce dernier a profité de l'occasion pour demander trois mesures politiques très concrètes : 1/ maintenir le système de taxation de l'innovation, 2/ permettre et construire des infrastructures vertes, et 3/ stimuler l'emploi pour atteindre un taux d'emploi de 80%.

Revoyez ici le panel de discussion avec Zakia Khattabi, Marie Delvaulx et Bart Steukers : 

Technology for a better World

Comme l'a dit Bertrand Piccard plus tôt dans la soirée, se concentrer sur le changement durable devient le facteur déterminant pour le succès futur de nos entreprises technologiques. C'est précisément pour cette raison que lors de l'événement Ann Peeters et Peter Demuynck d'Agoria ont présenté le tout premier rapport de durabilité du secteur technologique en Belgique 'Technology for a better World'. Dans ce rapport, qui, outre des chiffres, présente également une feuille de route, 4 ambitions sont centrales : prendre soin des personnes, contribuer à une société meilleure, protéger l'environnement et la planète et créer une valeur ajoutée durable. Ces quatre ambitions sont exprimées en 12 domaines d'impact, chacun d'entre eux étant lié à des engagements mesurables et à des indicateurs clés de performance. La première édition de 'Technology for a better World' sert de mesure de référence, à partir de laquelle nous pouvons tous, en tant que secteur, commencer à rendre l'industrie technologique et le monde plus durables.

Jetez un oeil à www.technologyforabetterworld.be ou regardez la présentation interactive du rapport de durabilité ci-dessous pendant The Green Exchange :  

La transition verte en pratique

Dans son discours de clôture, René Branders, président d'Agoria et de Sirris, a invité toutes les personnes présentes à contribuer également, avec leur organisation, à l'innovation nécessaire pour relever les grands défis de la planète. Il a souligné l'expertise et la disponibilité d'Agoria et de Sirris pour les guider autant que possible dans ce processus, notamment via la communauté industrielle Agoria-Sirris.

Ensuite, lors de la réception de networking, il a invité tous les participants  à entamer un dialogue avec les Green Champions, 9 entreprises modèles qui prouvent toutes que la technologie peut soutenir la transition verte et numérique. Les stands de ces entreprises, également visités avec grand intérêt par la ministre Khattabi, sont les suivantes : Alstom Benelux, VDL Bus & Coach, Niko, Keppel Seghers, Haulogy, Opinum, Toyota Motor Europe, Fujitsu et DeltaQ.

Regardez ici les photos de The Green Exchange