Revêtir (économiquement) de grands volumes de petites pièces

Revêtir au tambour organique est une nouvelle façon de laquer de grands volumes de petites pièces. Cette technique permet de revêtir ces pièces de manière efficace et rentable. Nous vous faisons faire connaissance avec la technologie et ses possibilités.

Comment fonctionne le revêtement au tambour organique? Dans un tambour en rotation, de petites pièces, en bois, métal, caoutchouc ou plastique, sont uniformément aspergées de laque, tandis que les pièces roulent les unes sur les autres. Les pièces sont chauffées par infrarouge ou à l’aide d’un flux d’air chaud. L’utilisation des revêtements tant décoratifs que fonctionnels (revêtements antifriction sur des joints toriques, revêtements antirouille et revêtements électriquement isolants) font partie des possibilités.

Au salon PaintExpo de Karlsruhe, nous avons discuté avec deux fournisseurs de tambour de revêtement: Special Coatings et Walther-Trowal.

SC-Coater

Le SC-Coater® (de Special Coatings GmbH & Co.)  a été mise au point en 2005 en Allemagne à la demande d’entreprises qui avaient du mal à revêtir uniformément de petites pièces. Dans cette machine de revêtement high tech, il est possible, grâce à un système de laquage spécialement conçu, de revêtir efficacement et économiquement les pièces. Et tout ceci avec une très grande qualité, économiquement et écologiquement. La SC-Coater® permet par exemple de limiter l’excès de projection à seulement 5% environ, tandis que par des méthodes de laquage conventionnelles, il peut monter à plus de 50%. Special Coatings fonctionne comme une entreprise de peinture pour des marques telles Bosch, Siemens et Brandstätter Group (Playmobil) mais propose aussi ses services en tant que constructeur de machines.

Rotamat 

Avec des tambours de revêtement commercialisées sous la marque Rotamat, l’entreprise Walther-Trowal propose des systèmes comparables, à la différence que ce tambour de revêtement utilise de l’air chaud pour chauffer les pièces, au lieu de radiateurs à infrarouge.

Elle permet de régler aussi bien la vitesse de rotation du tambour que son inclinaison, afin de faire rouler l’une sur l’autre, de manière uniforme, des pièces avec des géométries différentes. Une fois les paramètres de pulvérisation optimisés (volume, forme du jet) et les paramètres du tambour également optimisés, le processus de revêtement est totalement automatisé, ce qui assure une grande reproductibilité.   

Sources

www.special-coatings.com                                  
www.walther-trowal.com

Tags: