L'œuvre d'un robot vendue aux enchères

Une œuvre d'art générée par intelligence artificielle a été vendue aux enchères chez Christie's pour la somme de 432 500 $.  

Depuis quelque temps, Sirris s'intéresse de près à la protection des outils d'intelligence artificielle par l'arsenal juridique de la protection intellectuelle ainsi qu'à la protection des œuvres créées par des machines. Les œuvres créées de manière autonome par un robot peuvent-elles bénéficier d'une protection par le droit d'auteur ? Si c'est le cas, qui est propriétaire de ce droit ? Cette question est loin d'être seulement théorique. Fin octobre, une première œuvre d'art générée par AI a été vendue aux enchères par Christie's pour la somme de 432 500 $.  

Les enjeux économiques de la question du droit d'auteur sont donc considérables pour le secteur culturel en général et pour les artistes en particulier.   

L'œuvre, intitulée 'Portrait of Edmond Belamy', est une représentation d'un personnage fictif. Elle a été créée par le collectif d'artistes Obvious Art basé à Paris avec un algorithme de machine learning de type réseaux antagonistes génératifs  (GAN). L'outil est un algorithme de Ian Goodfollow (Google Brain).
Le système a été entraîné avec 15 000 portraits peints entre le XIVe siècle et le XXe siècle.   

Le portrait de 70 x 70 cm (et d'autres représentant la "famille" du personnage) a été imprimé et encadré dans un cadre d’inspiration classique. 
La signature de l'oeuvre est une formule mathématique, min G max D Ex[log(D(x))]+Ez[log(1-D(G(z))].

Pour Obvious Art, "si l’artiste est celui qui crée l’image, c’est la machine; si l’artiste est celui qui détient la vision et qui veut faire passer un message, c’est nous !".

Source  

Voir aussi

Tags: