Les défaillances dues à la fragilisation par l'hydrogène : un phénomène évitable ?

En 2015, en plein cœur de Londres, trois méga-boulons sont soudainement tombés d'un gratte-ciel de 225 m de haut. Si l’incident n’a pas fait de blessé, on a craint qu’il se reproduise pour les 3.000 boulons restants. La charge sur les jonctions constitutives de la structure en acier était d'environ 6.000 tonnes. Quelle est la cause de ces ruptures soudaines, et comment éviter une telle catastrophe ?

L'hydrogène dans le métal

Le minuscule atome d'hydrogène est l'un des éléments les plus courants dans l'espace. Sur terre, l'hydrogène est présent dans des composés chimiques comme l'eau et dans de nombreux composés organiques comme les hydrocarbures. L'hydrogène est donc un élément indispensable à la vie sur Terre, mais pour les métaux, il peut être dangereux. La raison en est la « fragilisation par l'hydrogène », un phénomène rare mais désastreux qui est un cauchemar pour tout constructeur.

Comme son nom l'indique, la présence d'hydrogène peut provoquer une fragilisation des métaux. Les métaux peuvent ainsi se briser soudainement, sans signes avant-coureurs. Il existe plusieurs autres mécanismes de fragilité, tels que la fragilité bleue de l'acier de construction à des températures d'environ 300 °C, la fragilité à basse température, etc. La fragilisation par l'hydrogène est l'une des plus redoutées, car on ne peut généralement pas en prévoir l'apparition.

Lire plus sur Techniline.