Le marché de l’Internet des Objets arrive à maturité

Petit retour sur le salon ‘IoT Tech Expo Europe 2019’ à Amsterdam.

Il n’y a pas un mois, une semaine, un jour où nos boites mails n’annoncent l’arrivée d’un nouveau produit connecté : du stéthoscope à la pompe à chaleur en passant par la théière ou le frigo. Mais où en sommes-nous réellement ? Le marché est-il enfin là ? Annoncée depuis plusieurs années, la déferlante des applications censées nous aider dans notre quotidien est-elle arrivée ? Quid de la sécurité et des normes ?

Pour répondre à toutes ces questions, mon collègue Thierry Coutelier et moi-même avons visité le salon 'IoT Tech Expo Europe 2019' à Amsterdam.

Première constatation : le marché des objets connectés est bien un marché en croissance d’après le GSMA Intelligence (https://www.gsmaintelligence.com/about/).

En 2018, le marché représentait 9 milliards d’objets connectés 'officiels' c.à.d. utilisant un service provider tandis que les prévisions sur les six prochaines années annoncent un total de plus de 25 milliards d’objets. Dans ce cadre, le secteur industriel est celui qui croît le plus, avec un facteur multiplicateur de 6.7, suivi directement par le secteur de la construction (Smartbuilding) et des villes (Smartcities) avec un facteur de 4.5.

Deuxième constatation : l’IoT touche tous les secteurs et toutes les entreprises. Du marché de l’électronique grand public en passant par le transport, le commerce, l’automobile ou le service public, toute entreprise est susceptible d’être un jour ou l’autre confrontée à cette innovation.

Enfin, troisième constatation, l’aspect normatif commence à structurer le marché lui donnant les charpentes légales pour réglementer la consultation des données générées, les accréditations, et les guidelines de sécurité.

Et justement en parlant de sécurité, voilà bien un sujet à l’ordre du jour de pas mal de conférences. Quid de la sécurité de ces objets connectés ? La réponse : protection à tous les étages !

Et pour ce faire, pourquoi ne pas utiliser le Edge Computing ?

Pour rappel le Edge Computing ou l’informatique en périphérie de réseau permet de traiter la donnée au plus près du capteur ou de l’objet générateur de cette donnée avant de la renvoyer sur le cloud. Cette 'pré-gestion' de l’information permet de réduire le nombre de données à remonter et à traiter ou à stocker ultérieurement, à réduire les temps de latence ainsi qu’à augmenter la sécurité des données rapatriées.

En résumé, la tendance du salon était très claire : les technologies sont maintenant définitivement prêtes à être implémentées au niveau industriel, il n’y a plus qu’à définir votre business case.

Tags: