L'abandon des structures composites requiert une approche globale

Leur durée de vie est relativement longue, mais les composites ne sont pas éternels. Surtout pour les grosses constructions composites, il vaut donc mieux y renoncer. Afin de trouver des solutions pour le traitement des grosses structures composites, Sirris (SLC-Lab et OWI-Lab) a lancé l'étude de faisabilité CompositeLoop en collaboration avec Agoria et Go4cCircle.

Un consortium a été créé pour ce projet, à l’initiative d’IBN Composites et IBN Offshore Energy. Le traitement des déchets des matériaux composites, notamment dans l’industrie éolienne, prend en effet de l’ampleur : la capacité augmente, tout comme le nombre de pales par an (d'après les estimations : 500.000 tonnes/an en 2030 à l’échelle mondiale, dont 150.000 au sein de l’UE). Comme les éoliennes terrestres, on va finir par arriver au terme de la durée d'utilisation. D'autres domaines sont déjà confrontés à la problématique end-of-life (EoL) des composites, notamment les coques de navire, les piscines, les silos et d'autres applications dans le secteur de la construction.

Dans cette étude de faisabilité lancée le 1er mai 2018 pour une durée d’un an, nous comptons donc étudier la faisabilité, les conditions marginales et les paramètres de réussite d’une approche globale de l'abandon des grosses structures composites, par exemple les pales des éoliennes offshore. Nous commençons par faire le point sur les technologies de pointe, tendances et évolutions actuelles, les éléments moteurs, les limitations et les facteurs de réussite des différentes options pour de telles structures.

Nous souhaitons valider les résultats de l'étude en collaboration avec les entreprises. Vous aimeriez découvrir avec nous les solutions EoL réalisables pour les structures composites ? Vous voulez être informé des ateliers et événements qui seront organisés dans ce cadre ? N’hésitez pas à nous contacter !

(Source photos: Dreamstime)