Finition durable avec un revêtement mural circulaire

La mise au point d’alternatives durables pour le papier peint et les revêtements muraux englobe aussi bien l’utilisation de matériaux biosourcés que la mise en œuvre d’une stratégie de recyclage en fin de vie.

Le papier peint traditionnel ne se pose qu’une seule fois et nécessite (souvent) une finition complémentaire à la peinture acrylique. Cette dernière s’applique sur site et sa formule repose jusqu’à maintenant sur des dérivés de pétrole fossile, avec ou sans plastifiants supplémentaires, comme les phtalates. Il faut réduire l’impact significatif du vinyle et de l’émission de substances nocives (COV, soit des composés organiques volatils) sur l’environnement en se tournant vers des matériaux biosourcés. 

Alternatieves circulaires

De nouveaux concepts d’utilisation circulaire de revêtements muraux ont récemment été mis au point et commercialisés. Un exemple récent est un système qui comprend un apprêt, une colle, un voile de verre et une finition peinture, tous confectionnés à 100 % en matériaux minéraux et biosourcés.

Le voile consiste en une natte non tissée en fibres de verre, lesquelles sont immédiatement filées à partir de sable fondu sans besoin de recourir à des procédés intermédiaires (conversion du sable en perles de verre, par exemple). On procède à l’enduction du voile de verre en le plongeant dans un bain de revêtements biosourcés à base aqueuse et on applique ensuite une couche de peinture biosourcée sur la face externe du matériau séché en guise de finition.

Le revêtement et la couche de peinture sont fabriqués à partir d’amidon. En outre, la finition en usine avec le revêtement collant et la couche de peinture diminue considérablement la consommation de peinture et apporte des avantages logistiques par rapport à l’application sur site de la couche de colle et de peinture sur le chantier. 

Solution adaptée au recyclage

Lors de l’application du revêtement mural, on trempe le voile de verre préencollé et prépeint dans un bac d’eau avant de le coller immédiatement au mur. Celui-ci doit être préalablement traité avec une sous-couche d’apprêt, laquelle sera ultérieurement éliminée au moment de décoller le papier peint. On préserve ainsi le fondement, et il est possible de recycler à 95 % les carreaux de plâtre et le papier peint.

Les performances du voile de verre (résistance au frottement humide, nettoyabilité, solidité, pontage des fissures et résistance au feu) ont été testées par rapport aux systèmes traditionnels. À l’heure actuelle, les développements supplémentaires concernent l’utilisation d’additifs biosourcés pour une meilleure coloration, une meilleure couverture ou des caractéristiques de surface spécifiques.

Le produit, mis au point par EKOTEX Wandafwerking B.V., fabricant d’un revêtement mural en tissu fibre de verre, figure dans la Nationale milieudatabase (NMD, base nationale de données environnementales des Pays-Bas) et dispose d’une étiquette DEP (Déclaration environnementale de produit).

Projet axé sur les revêtements biosourcés

Sirris et Centexbel-VKC travaillent ensemble sur le projet BioCoat : « Les revêtements biosourcés, l’occasion de créer une entreprise et un monde durables ». Un moyen de répondre à la demande croissante de produits issus de sources plus durables. Pendant ce projet, nous tenons à vous informer au sujet des possibilités d’utilisation des composants biosourcés et des applications de ces matières premières dans les revêtements.

Souhaitez-vous participer à ce projet, obtenir plus d’informations à ce sujet ou discuter de votre propre cas ou innovation en lien avec cette thématique ? N’hésitez pas à nous nous contacter ! 

Si vous souhaitez en savoir plus sur les possibilités de rendre vos produits plus biologiques, téléchargez notre livre blanc !

Ce blog a été créé en collaboration avec Victor Franke