Deux biocomposites issus de ressources renouvelables

Une combinaison de nanocellulose de bois et de protéines de soie d'araignée. Un matériau extrait des plants de tabac.

Beaucoup de plastiques biodégradables sont dérivés du pétrole notamment parce que les matrices d'origine biologique manquent de résistance pour la plupart des applications.

Une combinaison de fibres de bois et de soie d'araignée

Pour obtenir un matériau à la fois résistant et tenace, des chercheurs de l’Université finlandaise Aalto et du centre VTT combinent des fibres de bois avec de la soie d'araignée.

Une pulpe de bouleau est d'abord décomposée en nanofibrilles de cellulose qui sont alignées puis assemblées avec un adhésif inspiré de la soie d'araignée. Cet adhésif assure la cohésion de l'ensemble mais aussi forme une matrice souple qui peut dissiper d’énergie mécanique, permettant au matériau de s'allonger sans se rompre.

Le défi pour les chercheurs est d'assurer un équilibre entre propriétés structurelles et fonctionnelles grâce à un processus d'assemblage basé sur des protéines tribloc avec des terminaisons modifiées pour une grande affinité avec la cellulose.

Lire plus sur Techniline.