‘Customer centered’ comme source d’inspiration pour innover

L’innovation peut prendre de nombreux aspects. Mais par où vaut-il mieux commencer, et pourquoi ? Dans ce quatrième et dernier blog dédié à l’innovation réussie, nous présentons quelques exemples inspirants relatifs à la tendance 'customer centered'. Le 29 mars, Sirris organise dans ce cadre une session d’inspiration, à laquelle vous pouvez encore vous inscrire. Mais ne tardez pas, le nombre de  places est limité. 

Rédiger un plan d’innovation cohérent, qui s’inscrive dans la stratégie de votre entreprise, n’est pas simple. Nous pouvons vous aider à le faire, via une approche structurée en quatre étapes, dont la première étape 'inspiration' est une étape importante. Cette approche met en évidence, par des exemples concrets, les principales tendances, c’est-à-dire les modèles dominants qui montrent comment évoluent les aspects commerciaux, les caractéristiques des produits et les procédés de production ; vous avez ainsi un aperçu des différents points sur lesquels vous pouvez agir en tant qu’entreprise pour innover. 

Après la 'servitisation' et l’'interconnexion intelligente' nous présentons dans cet article la tendance 'customer centered' (personnalisation des produits / focalisation sur les souhaits du client). Cette tendance est l’une des tendances relevant du domaine 'factory of the future'.

Quatre modèles

Les quatre modèles de la tendance  'customer centered' sont : 'economies of scale', 'economies of scope', 'value by personalisation' et 'personalised economies’.

Chacun de ces modèles est fondé sur un aspect spécifique dans les attentes du client. Le fait qu’un modèle fonctionne bien (ou ne fonctionne pas) dépend surtout de la relation fournisseur-client.

Nous expliquons plus en détail chaque modèle que nous illustrons à chaque fois par un exemple concret.

1. Modèle 'Economies of Scale' 

Ce modèle se réfère aux systèmes de production qui sont développés  pour la production  en grande série de produits standardisés. L’enjeu est ici de produire au moindre coût et dans une qualité élevée reproductible. La mise en oeuvre de machines spécifiques, des techniques d’automatisation et d’outillage permet de garantir une productivité élevée.

Exemple :

Paneltim dispose d’un système de production en continu qui permet de produire (24/7) des panneaux légers présentant une structure cellulaire unique en son genre. Ces panneaux sont disponibles dans des dimensions  standards, la gamme des coloris est limitée.


Système de production en continu de Paneltim

2. Modèle 'Economies of Scope' ('Mass Customisation' et 'Assemble to Order')

Le principe de la ‘personnalisation en grande série’ permet de développer des produits à coût modéré et dans un nombre suffisant de variantes, de manière que presque chaque client puisse trouver malgré tout un produit qui répond à ses attentes. En combinant les options de manière intelligente, il est possible de réaliser un grand nombre de variantes sans porter atteinte à l'efficience de la production. Il reste possible de produire les composants en très grandes séries, mais l’assemblage n’est réalisé qu’à partir du moment où le client a signé le bon de commande.

Exemple :

Le concept d’escalier imaginé par l’entreprise Do Up : l’escalier personnalisé est réalisable au moyen d’un configurateur en ligne et visualisable au moyen d’un simulateur 3D. Le concept est basé sur des éléments personnalisés (les marches de l’escalier) que le client peut insérer lui-même dans les encoches de la poutre centrale.


Concept d’un escalier sur mesure de l’entreprise Do up

3. Modèle 'Personalisation' ('Engineer to Order')

Les produits sont conçus sur mesure à partir des données fournies par le client. Le concept du produit est traduit sous la forme d’un produit concret par mise en oeuvre des techniques de production numériques. Ces techniques numériques élargissent la liberté de conception tout en rendant possible une production sur mesure (ce qui revient à dire : un seul exemplaire par lot de production).

Parmi les techniques de production numériques autorisant la personnalisation des produits, l’impression 3D vient tout de suite à l’esprit, mais il existe beaucoup d’autres techniques numérisées, par exemple la déformation incrémentielle, les matrices flexibles,...  Ces dernières 25 années ont connu tout une évolution dans le domaine de l’impression 3D. Au départ, l’impression 3D était surtout une technique de prototypage rapide, avec un nombre limité de matériaux. Entretemps, il existe une large gamme de matériaux (incluant des métaux) utilisables pour imprimer des objets, et dans quelques niches de produits très spécifiques, cette technique est même utilisée d’un bout à l’autre de la production. Pour augmenter la précision, les pièces imprimées en 3D reçoivent également, dans quelques cas, un traitement de finition sur d’autres machines d’usinage (par exemple, fraisage de précision, mais également texturation laser et application de revêtements).

Exemple :

Formtexx conçoit et réalise des structures en aluminium à double incurvation pour façades, écrans et constructions architecturales. Pour cela, l’entreprise met en oeuvre les  techniques de production numériques.


Façade 'Freeform' et 'patterning design' de Formtexx

Tous les panneaux  fabriqués sur mesure en aluminium, avec une double incurvation et les perforations qui sont nécessaires pour réaliser l’arche spectaculaire surmontant les voies d’accès au très impressionnant  complexe de boutiques Atoll (Angers, France) sont conçus et fabriqués selon les normes de précision applicables dans le secteur automobile par l’entreprise britannique spécialisée dans les incurvations de forme libre. Ce nouveau  développement, emblème de la ville, occupe une surface de 250.000 m². Le complexe abrite des dizaines de boutiques et restaurants. L'Atoll est enveloppé par une façade incurvée en 3D de panneaux aluminium. Les panneaux de la façade sont perforés pour créer une structure de losanges.

4. Modèle 'Personalised Digital Scaling' 

La production numérique et la logistique peuvent être mises à l’échelle par mise en place d’une chaîne de valeur dynamique et distribuée (au niveau mondial).

Exemple :

Chez 247 TailorSteel,  on peut commander, via un outil en ligne (Sophia - Sophisticated Intelligent Analyzer) des produits en tôle, fabriqués sur mesure 24/7. Le concept de produit numérique (un fichier STEP, DXF ou DWG) est traduit automatiquement sous la forme d’une offre (avec les instructions adéquates pour la machine). Chez 247 TailorSteel, les procédés automatisés et robotisés (par exemple : découpe, découpe au laser, pliage) et les machines sont équipées  de dispositifs automatiques de changement d’outil. Une telle usine numérique automatisée de manière flexible peut être déployée au niveau mondial. L’entreprise 247 TailorSteel est d’ailleurs en train de répliquer le concept et de le dérouler géographiquement.


On-demand-on-time Sheet Metal de l’entreprise 247 TailorSteel

La mise en réseau d’un tel système permet de raccourcir la distance entre le producteur et ses clients, puisque ceux-ci peuvent facilement transmettre leurs concepts numériques sous la forme de fichiers électroniques.

Vous souhaitez en savoir plus sur les autres tendances et ce que vous pouvez en faire dans votre entreprise ?

Pour une présentation intégrale des dix tendances, vous avez la possibilité d’assister à notre session d’inspiration qui aura lieu le 29 mars dans les locaux de Sirris à Heverlee. La participation est gratuite mais l’inscription est obligatoire.

Le projet « Innovatief ondernemen: van inspiratie tot actieplan » (Entrepreneuriat innovant : de l’inspiration au plan d’action) a vu le jour grâce au soutien du Smart Hub Vlaams-Brabant.

Tags: