Sirris et Agoria investissent dans les produits coulés du futur

Domains: 
Metaux

Les fonderies belges produisent 140.000 tonnes de pièces par an

Gand, le 30 mars 2015 - Sirris inaugure aujourd’hui à Zwijnaarde (Gand) une fonderie pilote flambant neuve, représentant un investissement de 550.000 euros (en collaboration avec OCAS et CRM). L’installation sera utilisée par des fonderies et des acheteurs de pièces coulées pour apprendre à obtenir des pièces bonnes du premier coup et tester de nouveaux alliages spécialisés. Dans notre pays, où le secteur occupe ± 3.000 personnes, ce sont 140.000 tonnes de pièces de fonderie qui sont produites chaque année, dont la moitié est destinée à l’exportation. Dans les années à venir, la demande mondiale va connaître une forte hausse. Sirris et Agoria entendent soutenir les fonderies belges dans leur transformation vers des usines du futur ainsi que dans leur internationalisation. 

Mais que sont en réalité les fonderies ? Il s’agit d’entreprises qui produisent des pièces métalliques à l’aide de moules et de fours de fusion. Il peut s’agir de petites pièces pour les voitures et les produits de construction, mais également d’éléments de plus grande taille destinés aux éoliennes off-shore, par exemple. Des fonderies sont également spécialisées dans les pièces de précision pour le secteur électronique et le secteur médical. En tant que sous-traitant, ce secteur joue donc un rôle stratégique dans le tissu économique. Le secteur de la fonderie occupe quelque 3.000 personnes dans notre pays et réalise un chiffre d’affaires total de plus de 420 millions d’euros. Notre pays compte 38 fonderies industrielles. 

Dans le monde, la demande en pièces de fonderie ne cesse d’augmenter. L’industrie des véhicules (automobiles et camions) constitue un des principaux clients de ce secteur. L’amélioration du niveau de vie dans les pays émergents et la réglementation toujours plus stricte en matière d’efficacité énergétique dans l’industrie des poids lourds constituent à cet égard les principaux moteurs. Parmi les autres marchés de croissance, citons la chimie, l’industrie alimentaire et le secteur énergétique. Les clients belges commandent quelque 150.000 tonnes de pièces de fonderie par an. 

Agoria et Sirris soutiennent ce secteur et ses clients par le biais de diverses initiatives. Sur le plan technologique, il faut souligner l’investissement dans 2 nouveaux fours pour le développement de nouveaux alliages et l’optimisation du processus. Les alliages hybrides, la technologie d’impression 3D pour séries complexes et limitées, l’optimisation de la topologie et l’intégration de fonctions (« smart castings ») sont autant de thèmes sur lesquels les experts de Sirris travailleront au cours des prochains mois. 

En Belgique, le secteur de la fonderie est confronté à un certain nombre de défis majeurs. Ainsi éprouve-t-il des difficultés à attirer de jeunes collaborateurs. Par ailleurs, les obligations environnementales imposées par les diverses autorités sont lourdes et coûteuses. La productivité augmente, mais la rentabilité a fortement baissé depuis la crise sous l’effet d’une pression élevée sur les prix. C’est la raison pour laquelle Agoria et Sirris investissent dans le soutien technologique et la formation. En effet, la fonderie est un secteur essentiel dans la chaîne de valeur de l’industrie dans notre pays. Agoria et Sirris sont convaincus que des investissements dans la fonderie du futur sont indispensables pour que ce secteur puisse continuer à se développer. 

Partners: