Un pas de plus vers le ‘first time right’ grâce à l’intégration de la fabrication additive

La fabrication additive se prépare petit à petit à passer le cap de la production, mais le parcours de l’industrialisation et de l’extrapolation est souvent semé d’embûches.

Depuis quelque temps, les entreprises explorent les possibilités de la fabrication additive pour produire leurs pièces. Les pièces admissibles sont évaluées ou en cours de conception. L’industrie va ainsi passer au stade suivant : la production industrielle de pièces en impression 3D. Elle entend ainsi obtenir un ensemble économique cohérent et une qualité de niveau industriel.

La production de pièces en impression 3D ne s’arrête pas au processus d’impression. Plusieurs technologies sont utilisées en amont et en aval de l’impression : outre l'alimentation du matériau, le fichier 3D et une série de paramètres adaptés, il y a le traitement thermique des pièces, le scan 3D, le post-traitement, l'assurance qualité, etc. Ces étapes et le procédé même d’impression 3D sont des aspects que l’industrie cherche à mieux maîtriser, pas forcément pour utiliser la technologie en interne, mais au moins pour être en mesure d’en parler avec les éventuels fournisseurs externes.

Outre des qualités de plus en plus intéressantes en production et en industrialisation, la technologie de fabrication additive se prête à une mise en œuvre et une intégration dans le contexte de l’Industrie 4.0. Autrement dit, les imprimantes 3D doivent être intégrées au processus de production et interagir avec le reste des machines de production. À cet égard, il faut de la transparence, afin de pouvoir mettre en place un appareil général de production alliant qualité et flexibilité et permettant la certification de l’ensemble du processus.

Intégration de la fabrication additive

La solution à tous ces obstacles pourrait être une usine de fabrication additive intégrée, une ligne pilote qui réunit la fabrication additive et d'autres technologies produit.

La fabrication additive est en effet arrivée à un stade où la technologie peut s’associer à d’autres technologies de production. Plutôt que d’être confinée dans un local à l’écart de la ligne de production, la fabrication additive peut être intégrée à la ligne. La production ‘first time right’ va ainsi arriver à la portée de plus d’entreprises, mais aussi de plus petites structures.

Une usine de fabrication additive intégrée est une infrastructure de démonstration et de recherche dotée d’une configuration pilote pour la production de pièces à grande échelle. Une telle usine pilote n'a toutefois pas pour vocation à fabriquer des produits, mais vise les objectifs suivants :

  • Améliorer le savoir-faire dans l’industrialisation de la technologie de fabrication additive dans un environnement de production.
  • Mettre au point de nouvelles stratégies de production, de finition et d'assurance qualité pour la fabrication additive.
  • Démontrer la faisabilité de la production de nouveaux produits à l'échelle industrielle.
  • Accorder la fabrication additive de pièces aux autres étapes de fabrication pour lancer une production effective à l’échelle industrielle.
  • Mettre en place un environnement de production intégré, transparent et agile pour la réalisation de pièces en fabrication additive répondant aux critères de l’usine Industrie 4.0. Le résultat de cette usine pilote, ce ne sont pas les pièces que l’on peut imprimer en 3D grâce à cette infrastructure, mais bien les connaissances ainsi acquises et transmises ou vendues à des clients.

Saviez-vous que Sirris était occupée à aménager une telle usine de fabrication additive intégrée ? La présentation officielle de l’installation à l’industrie aura lieu le 14 novembre. Vous aimeriez en connaître les débouchés ? Assistez à l’inauguration sur notre site de Diepenbeek !

Sirris a mis sur pied sa propre AM Integrated Factory dans le cadre du nouveau projet EFRO 'Integratie van 3D metaalprinten'.