Succès de foule pour le nouveau labo Industrie 4.0 à Courtrai

Le 3 mars, le huitième site de Sirris a ouvert ses portes dans les bâtiments de l'université de Gand (UGent), sur le campus de Courtrai. L'accent y est mis sur l'automatisation flexible de l'assemblage dans le but de rendre des applications technologiques concrètes, notamment dans le cadre de Factories of the Future et Industrie 4.0, accessibles aux entreprises.

Quelque 300 intéressés se sont rendus à Courtrai pour l'inauguration. Avec son nouveau site proche du pôle d'expertise pour l'automatisation industrielle du campus de Courtrai de l'université de Gand et de The Level van Howest, Sirris sera désormais aussi actif à proximité des entreprises de Flandre-Occidentale. Dans son allocution de bienvenue, Herman Derache, directeur général de Sirris, a expliqué ce que cela signifiait : "Avec ce nouveau site, nous voulons aider les PME à négocier le virage Industrie 4.0. Le site est situé au cœur d'un dense réseau de PME actives dans le domaine de la mécatronique et à proximité des partenaires de recherche. Il dispose de bureaux et de laboratoires en suffisance, dont un local de démonstration voué à l'automatisation flexible de la production."

Un panel pour expliquer l'initiative

Un panel de discussion s'est penché sur l’initiative autour du projet de construction mécanique et mécatronique en Flandre-Occidentale, mis en place par Sirris et l'Agence de développement provincial (POM). Ce panel rassemblait des participants issus des entreprises et des instituts de recherche : Paul Snauwaert (CNH), Geert Ostyn (Picanol), Charles Beauduin (Van de Wiele), Rik Van de Walle (UGent), Koenraad De Backere (KU Leuven), Herman Derache (Sirris) et Jos Pinte (Usines pour le futur).

Concrètement, ils se sont penchés sur le pourquoi et le comment de cette initiative. Les représentants des industries ont déjà bien compris l'intérêt de l'initiative orientée vers la mécanique et la mécatronique. Moteurs de cette initiative, les grandes entreprises entraîneront les PME dans leur sillage. L'emplacement semble lui aussi évident : plus de 40 % de l'industrie mécanique et mécatronique est implantée en Flandre-Occidentale, où l'on retrouve par contre moins de 10 % de la recherche et des services technologiques actuels dans ce domaine. Il était donc grand temps de faire changer les choses. Pour les universités participantes, qui ont également investi dans ce projet, la formation locale d'un plus grand nombre d'ingénieurs est importante, tout comme le transfert d'activités existantes vers la Flandre-Occidentale.

À quoi les entreprises peuvent-elles s'attendre ? Selon Jos Pinte, cette initiative apporte une réponse à la tendance à la numérisation de l'industrie manufacturière, qui va de pair avec le concept d'Industrie 4.0. Les ambitions à long terme englobent le développement pratique de six thèmes autour des deux villes centrales de Flandre-Occidentale au sein d'un seul plan intégré. Et ce avec l'aide des trois pôles d'expertise Howest, UGent et KU Leuven, ayant tous Sirris comme partenaire. Tous les projets qui en découlent seront axés sur la demande des entreprises.

Enfin, la valeur ajoutée des différents partenaires impliqués a été abordée. En plus de l'importance évidente d'une collaboration étroite entre les centres de connaissance et les entreprises, on pourra également compter sur un esprit d'ouverture, ce qui revient, en pratique, à un transfert de connaissance vers l'industrie. Cette ouverture s'élargira à toute la Flandre et la Belgique, ce qui permettra un effet complémentaire et fortifiant à l'égard d'autres initiatives.

Pour en assurer le succès, ce projet compte sur une équipe jeune et dynamique et sur la participation active des entreprises, qui de leur côté devront également investir pour tirer un profit maximal de cette initiative. Les maîtres mots sont "collaboration" et "rassemblement".

Laboratoire d'application dans le cadre d'un projet grandiose

Après le témoignage de deux entreprises de Flandre-Occidentale de premier plan, Daikin et Fomeco, au sujet de l'idée qu'elles se faisaient d'une usine du futur, Bart Verlinden de Sirris a présenté les projets que nous avions pour notre nouveau site et a donné une explication sur l'infrastructure. En plus des bureaux et des labos, on y trouve également un véritable laboratoire d'application pourvu d'un espace de démonstration où les entreprises peuvent voir et essayer en pratique l'automatisation de la production.

Jean de Bethune, de la POM Flandre-Occidentale, est revenu sur ce thème dans son allocution de clôture, dans laquelle il a remercié en particulier Jos Pinte pour le travail qu'il a fourni dans l'élaboration du plan pour la Flandre-Occidentale.

Trois cellules de production en action

Enfin, les personnes présentes ont pu visiter la nouvelle infrastructure sur le nouveau site où les robots collaboratifs et les outils numériques occupent une place prépondérante. Elles ont pu, par petits groupes, participer à une visite guidée de l'espace d'exposition, où différentes installations d'un environnement de production ont été présentées dans trois cellules de production. La première cellule démontrait le potentiel des technologies mobiles, comme la mise en œuvre des lunettes intelligentes en production, dans ce cas précis pour la préparation des commandes. Un AGV (véhicule à guidage automatique) transfère les articles collectés dans une deuxième cellule, où des robots collaboratifs illustrent les modalités de l'interaction avec un opérateur humain sur une chaîne de montage pilotée par un robot programmable. Pour finir, l'AGV achemine le produit assemblé dans la dernière cellule, où la technologie assiste l'opérateur dans ses tâches manuelles et le contrôle qualité.  

Regardez la vidéo: