SLC-Lab passe en revue la super édition du salon JEC Composites de Paris

Nos collaborateurs du SLC-Lab peuvent s’estimer satisfaits de leur participation au salon JEC Composites, les 11,12 et 13 mars à Paris. Le salon professionnel européen des matériaux composites était plus grand que jamais et de nombreux visiteurs internationaux se sont arrêtés sur le stand belge. 

Le salon JEC Composites de Paris est le plus important salon professionnel et symposium sur les matériaux composites en Europe. Cette année sa superficie a augmenté de 8% pour atteindre 54.400 m², soit 8,5 fois la taille d’un terrain de football. Avec ses 1200 exposants installés sur deux étages et 32.000 visiteurs provenant de 88 pays, le JEC peut parler d’une édition record. Dans ce salon, les visiteurs pouvaient trouver des informations sur les tendances et les développements dans le monde des matériaux composites. 

Tendance claire dans la production des composites

Markus Kaufmann, manager du SLC-Lab, a constaté plusieurs tendances importantes dans ce salon : « Les entreprises s’efforcent de raccourcir toujours davantage leurs cycles de production de matériaux composites. Elles sont à la recherche de solutions pour automatiser davantage les chaînes de production. Le durcissement plus rapide des résines et des polymères permettent aujourd’hui de raccourcir les temps de production. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’on donne clairement la préférence aux moules qui chauffent et se refroidissent plus rapidement. »

Au salon JEC Composites, on pouvait aussi voir des exemples intéressants d’application des matériaux composites dans l’industrie automobile. Markus : « L’industrie automobile ne considère plus les matériaux composites comme une exception grâce à la production meilleur marché et plus rapide de pièces, pour les voitures de tourisme, de sport et les poids-lourds. Leur extrême légèreté les rend intéressantes pour réduire la consommation de carburant et les rejets de CO2. »

Composites thermoplastiques 

Linde De Vriese, ingénieur projet chez Sirris, a également participé au salon. Elle a constaté un intérêt marqué pour les composites thermoplastiques. « Ceux-ci gagnent surtout du terrain dans les secteurs automobile et aéronautique, pour lesquels la légèreté des pièces et les faibles coûts de production constituent une motivation essentielle pour l’innovation. Les principaux avantages sont une excellente rigidité et robustesse et leur production rapide. RocTool répond intelligemment à cette tendance en proposant un chauffage par induction, qui permet de produire des volumes plus importants. »

« On constate également une tendance à adopter des processus hybrides, comme la combinaison du moulage par injection et le thermoformage ainsi que des nouveaux matériaux, reposant sur un dimensionnement adapté des fibres de carbone ou des fibres naturelles. On accorde également une importance accrue aux techniques de soudage, mettant l’accent sur l’automatisation et le contrôle de processus. Actuellement, les innovations de processus se suivent à un rythme accéléré », selon Linde De Vriese.

Stand d’exposition commun 

Pour la première fois, le SLC-Lab s’est présenté au salon JEC international avec ses deux partenaires, la KU Leuven et l’UGent. Markus Kaufmann : « Nos prototypes ont suscité un grand intérêt. Déjà rien que sur le prototype du bras porteur pour des suspensions de voiture, au moins une dizaine de visiteurs d’Europe au Japon ont posé des questions. La présence pour la première fois de l’université de Gand constituait une réelle plus-value. »

Les vélos de course Eddy Merckx ont retenu l’attention de nombreux visiteurs. « Actuellement, tous les vélos de course professionnels ont un cadre en matériau composite. Ce cadre en carbone est constitué de résine époxy, renforcée par des fibres de carbone. L’université de Gand a mis au point un essai mécanique pour tester et améliorer les performances de ces vélos. Cette innovation a suscité beaucoup d’intérêt », ajoute Markus Kaufman.

Le SLC-Lab partageait un stand de 100 m² avec Kulab, Samsonite, Econcore et Noumenon Design. La société de développement provincial (POM) de Flandre occidentale y avait installé un bar qui servait de la Brugse Zot. Une bière qui accompagnait parfaitement le réseautage et la conclusion d’accords de collaboration future. 

 

Tags: