Pourquoi évoluer vers l’économie circulaire ?

circular economy

La première norme concernant l’économie circulaire, BS 8001:2017, élaborée grâce au large soutien d’acteurs clés de ce secteur, vient d’être publiée. Nous avons consulté le document et avons réuni les éléments principaux. De plus, nous fournirons des exemples tirés du secteur et illustrés par notre expérience afin de tisser un lien aussi étroit que possible avec les activités des sociétés de production.

Cette nouvelle norme est organisée en quatre sections majeures. La première décrit le besoin général d’une transition vers l’économie circulaire, et les avantages pour les organisations qui appliquent les pratiques circulaires. Cet article fournit quelques éléments de cette section.

Les principes directeurs de l’économie circulaire font l’objet de la deuxième section, que nous illustrerons dans l’article suivant. Les deux dernières sections décrivent le cadre et l’ensemble de directives de soutien visant à permettre aux organisations de transformer leurs opérations pour les rendre plus circulaires. 

Il est clair que cette norme n’est pas censée être lue de bout en bout, mais est plutôt conçue pour servir de guide ou de source d’inspiration. À toute étape de leur évolution vers l’économie circulaire, les entreprises y trouveront des structures et des directives utiles.

Nous commencerons par une introduction aux premières sections des normes BS 8001:2017.    

Cet article est le premier d’une série de publications introductives à cette norme sur l’économie circulaire.
  1. Pourquoi évoluer vers l’économie circulaire ?
  2. Quels principes d’économie circulaire apportent de la valeur ?
  3. Comment lancer votre transition ?

Pourquoi évoluer vers l’économie circulaire ?

Le raisonnement est simple : notre planète a des limites, et notre quête d’une économie croissante n’est possible qu’en dissociant la croissance économique et notre utilisation des ressources. La disponibilité future des ressources dépend de nos schémas et volumes d’utilisation. Ce schéma d’utilisation doit évoluer radicalement pour ramener la consommation actuelle dans le respect des limites de la planète. L’économie circulaire peut contribuer à cette transition de manière significative.
Dans la perspective d’une entreprise, l’économie circulaire est une approche systémique, qui, grâce à une gestion plus efficace des ressources, impacte la conception des produits et les processus de fabrication, les produits et les services, et les modèles d’entreprise. Le flux de matériaux devient plus circulaire et les déchets sont éliminés.  

Moteurs et différentes étapes

Il est très appréciable que cette norme mentionne le lien entre l’économie circulaire et les autres écoles de pensée et approches visant aux mêmes objectifs soutenables. L’économie bleue, l’économie de performance, le bio mimétisme, le capitalisme naturel, la symbiose industrielle, le concept du « berceau au berceau » et la conception régénératrice sont ainsi présentés comme des lignes de pensées précieuses dans le cadre de l’économie circulaire. Mais les stratégies d’entreprise focalisées sur l’efficacité des ressources, le zéro déchet, la bioéconomie ou la pensée « lean » peuvent également être des étapes de ce processus, et encourager les entreprises à faire évoluer leurs pratiques éprouvées pour intégrer l’économie circulaire.

Les avantages au niveau macro sont bien connus, et leur importance reconnue. Qui se prononcerait contre la perspective d’un monde meilleur ? Ne pas tirer avantage de ces avantages à court terme aboutit à une évolution lente et réduite de nos pratiques d’entreprise.

Au niveau micro, les avantages sont plus susceptibles d’être mis en lumière et identifiés comme moteurs d’évolution ou déclencheurs d’action. La norme BS 8001 mentionne quatre avantages majeurs potentiels :

  • Tout d’abord, il s’agit d’une opportunité de réduire les coûts nets pour produire, obtenir et utiliser un produit ou service. Par exemple, désassembler et réaffecter un produit en passant par une refabrication peut fournir de la valeur à un coût moindre qu’une nouvelle fabrication.

 (Source : Remanufacturing Roadmap Zuid Nederland – Mare Advies) 

Dans notre expérience du secteur de la production, nous devons ajouter que la valeur additionnelle des produits dérivés et des flux secondaires des processus actuels de production est rarement un moteur principal d’optimisation de valeur.  

  • En conséquence, de nouvelles sources et idées d’innovation et de conception pourraient aboutir à de nouveaux revenus. Les exemples possibles incluent de nouveaux types de services, valorisant les flux secondaires ou les produits dérivés, ou la pénétration de nouveaux marchés avec des produits préutilisés. Les risques associés, comme la cannibalisation de marché, sont mentionnés dans le document, ce qui permet d’apporter des nuances. Les précurseurs tels que Philips mettent l’accent sur la force motrice de l’économie circulaire dans l’innovation de produits et services. (voir également les blogs précédents)
  • Une meilleure relation client, inhérente aux principes d’économie circulaire, est accessible. Une proximité améliorée avec le client fournit des opportunités de logistique inversée, d’acquisition de données, de fidélité aux marques, etc., des éléments très utiles pour explorer de nouveaux services innovants. Comme Barco l’explique lors d’une interview avec Agoria, il est clair qu’avec une relation client améliorée, il est possible de générer, entre autres, une valeur additionnelle pour les clients comme les entreprises par le biais de l’efficacité énergétique et l’actualisation des performances des produits installés.
  • Enfin, l’optimisation de la résilience des organisations peut être bénéfique. Les produits contenant des matériels critiques ou d’autres composantes primaires au prix volatil, remplaçables par des matériaux biologiques ou régénérés, peuvent améliorer la résilience des entreprises. En pratique, ceci a souvent un effet à long terme, et en tant que tel, n’est pas un moteur clé au cours des premières étapes de la trajectoire de transition d’une entreprise.    

Conclusion

Le document BS 8001 vise à améliorer la compréhension de la valeur qui peut être apportée, directement ou indirectement, par l’économie circulaire. Il souligne les étapes importantes pour la mise en pratique de ce concept en décrivant l’interconnexion entre de nombreux principes de gestion et bonnes pratiques déjà en place dans un large éventail d’entreprises. Exprimer ces liens a une valeur significative. Les entreprises qui ont déjà intégré cette évolution et s’orientent vers des opérations plus durables et résilientes pourront identifier les besoins de changements ou de réglages fins. Ce document les encourage à prendre des mesures et à définir des cibles supplémentaires pour transformer les pratiques actuelles sans perdre la performance des bonnes pratiques en place. Enfin, il fournit un langage commun qui permettra une communication claire au sein des entreprises et avec les organisations partenaires.

Nos prestations de service

Sirris et Agoria accompagnent et soutiennent les entreprises sur la voie de l’économie circulaire. Notre approche identifie les petites étapes structurelles nécessaires pour atteindre les objectifs préconisés, tout en surveillant et renforçant l'implication des employés et autres parties intéressées. Cette approche permet aux entreprises de découvrir graduellement la valeur ajoutée qui pourrait se dégager et aboutit à des actions concrètes pour matérialiser celle-ci. Le contenu et le rythme sont adaptés à l’organisation de l’entreprise.

Axée sur l'entreprise, notre approche consiste en un entretien prospectif, la sensibilisation, le conseil et l'accompagnement ; nous étudions les opportunités et solutions concrètes pour votre entreprise.

Par ailleurs, il existe une approche collective au travers du réseau d’apprentissage Circular Economy Connect, qui offre des opportunités de réseautage et d'apprentissage entre pairs. Au sein de ce réseau, vous nouez des contacts avec des intervenants notoires, vous avez la possibilité de visiter d'autres entreprises stimulantes, d'échanger vos expériences avec d'autres entreprises, de trouver des solutions à des défis communs et d'assister à des ateliers interactifs.

Cet article a été rédigé dans le cadre du projectEco-compliance als competitief wapen’, exécuté par Sirris et Agoria, avec l’appui de VLAIO.

Article apparenté

(Figure au dessus @ Sirris, basé sur BS8001)