Philips décide que l’éclairage est une prestation de service

Si ça marche pour les photocopieurs, alors pourquoi pas ? Philips actionne le gouvernail pour changer de cap dans son approche du marché B2B, en optant pour l’innovation. Désormais, l’entreprise propose ses solutions d’éclairage selon le principe de la prestation de service : les clients reçoivent des factures pour la quantité de lumière dont ils ont besoin, selon les modalités d’un contrat de leasing. Philips développe à cette fin des produits faciles à réparer ou à revaloriser en fonction de l’évolution de la technique, et dont les matériaux et les composants sont réutilisables.

Le modèle linéaire “production- consommation-mise en déchetterie” est proche de ses limites. Un nouveau modèle - celui de l’économie circulaire, vise à réaliser un découplage entre la croissance économique et l’utilisation des ressources naturelles, par la mise en place d’un système plus efficient d’exploitation des matières premières, dans l’optique du développement durable, qui doit permettre de limiter la production de déchets. Les avantages qui résultent de cette démarche sont l’innovation, la définition de nouveaux modèles économiques, la création de plus-value, la diminution du nombre de décharges publiques, la réduction des émissions de polluants, et une amélioration de la qualité de vie.

Eco-partenariat

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à se laisser tenter par ce modèle Philips. fait partie du nombre et souhaite faire preuve d’innovation pour créer de la valeur, tout en réduisant son empreinte carbone. Dans le domaine de l’éclairage et des soins de santé, l’entreprise réorganise ses activités sous la forme d’un circuit fermé, tout en veillant à la santé financière et à la rentabilité. Il s’agit en l’occurrence de créer des produits “verts”, en utilisant les ressources naturelles et les matériaux dans un circuit en boucle, permettant d’éviter les dommages occasionnés à l’environnement. C’est ainsi que Philips a réalisé un chiffre d’affaires provenant à 47 pour cent de ses ventes de produits “verts”, suite à quoi l’entreprise a souscrit récemment un partenariat avec Ellen MacArthur Foundation. Mais ce n’est pas tout : à présent, Philips ambitionne de franchir la barre des 50 pour cent, avec des produits durables et toujours plus efficients en énergie, et en doublant le volume du recyclage des produits et matériaux.

L’objectif assigné au nouveau partenariat est le partage de savoir et la recherche d’un feedback, exprimé sous la forme de commentaires critiques. Une étape logique s’inscrivant dans le droit fil de cette démarche est le passage à un modèle d’activités fondé sur le principe de l’économie circulaire. Dans cette optique, l’innovation commence par la sélection raisonnée des matières premières, et l’élaboration de concepts de produits axés sur les opérations de maintenance et démontage. A partir de là, l’entreprise doit évoluer selon une trajectoire qui peut se traduire comme suit : minimaliser le coût des matériaux tout en maximalisant la plus-value pendant toute la durée du vie du produit, et cela en se focalisant sur les performances et la durabilité parce que, selon le nouveau modèle économique, les clients investissent désormais dans des prestations de service et des fonctionnalités, en matière d’éclairage et de soins de santé, et non plus dans l’achat de produits nouveaux.

'Light as a service'

Dans le cadre d’un partenariat avec l’architecte néerlandais Thomas Rau, Philips a commencé la vente d’éclairage à la manière d’une prestation de service. Cette formule a permis au bureau d’architecture “RAU Architects” d’atteindre l’objectif de réduction de la consommation en énergie, 55% au total, par utilisation maximale de la lumière du jour; adaptation dans le bâtiment des accessoires de raccordement comme requis pour permettre l’éclairage LED; et installation d’un détecteur de mouvement et de crépuscule. Philips reste propriétaire de l’équipement, et responsable de son bon fonctionnement, tandis que de son côté, le bureau d’architecture RAU paie pour recevoir une prestation de service portant sur une “quantité d’éclairage”, qui inclut les opérations d’entretien et maintenance de l’installation. Selon ce même principe, l’entreprise a défini, pour le secteur des soins de santé, le programme “Diamond Select” concernant des équipements médicaux complexes. La formule de l’avenir consiste à proposer des robustes contrats d’entretien, les machines installées chez les clients étant équipées de composants électroniques faciles à remplacer, ce qui signifie qu’il n’est plus nécessaire de les démonter ni de les remplacer par de nouvelles machines. Le résultat : dans ce secteur d’activité, 70 pour cent du C.A. est réalisé sur les ventes B2B.

La nouvelle approche implique toutefois une vision à long terme portant sur une quinzaine d’années, et un travail de conception-réalisation mené dans l’optique “end-to-end”, incluant l’ensemble des intervenants tout au long du parcours, depuis la chaîne des fournisseurs de matériaux et composants, jusqu’au réseau de vente.

Economie circulaire

Selon le rapport 'Towards the Circular Economy' (login nécessaire), un système d’économie circulaire appliqué au niveau mondial devrait permettre de réaliser des économies considérables. Dans ce système, les fabricants ont la responsabilité de développer des produits recyclables ou réutilisables, dans un circuit non toxique en forme de boucle. Pour cela, il est préférable que les clients soient facturés pour la prestation de service commandée, plutôt que dépenser de l’argent pour faire l’acquisition du matériel; le fabricant reste responsable de ce matériel, comme c’est déjà le cas actuellement pour les imprimantes et photocopieurs dans les bureaux. Le fabricant se charge des opérations de maintenance pendant la durée de vie des machines, et de l’enlèvement du matériel à la fin de la période d’utilisation programmée.

Vous souhaitez en savoir plus sur l’approche de Philips et sur l’économie circulaire? Pendant l’atelier ‘How to truly eco-innovate in the lighting industry?’ organisé le 11 février, l’un des plus éminents conférenciers, Anton Brummelhuis, Senior Director Sustainability chez Philips, présente ce concept de manière détaillée dans son exposé 'From design for recycling to circular economy strategy at Philips'.

Ce sujet est également le thème de la série 'Entreprendre avec succès face au changement climatique' , qui traite des motivations et modalités des nouvelles stratégies d’entreprise dans le contexte du changement climatique : depuis les aspects de théorie, jusqu’à des conseils pratiques, à l’inclusion de cas concrets de mise en oeuvre (login nécessaire).