L’utilisation efficace de l’impression 3D de métal est à portée de main

Pour tirer une plus-value de l’impression 3D, il y a lieu d’en intégrer les possibilités dès la conception du produit. Ainsi, il est possible de fabriquer des caractéristiques et des structures internes qui sont impossibles à réaliser avec des technologies classiques. En outre, la technologie correspondante doit pouvoir être intégrée à la chaîne de production complète, à côté d’autres technologies. Sirris se concentre sur ces deux aspects.

La technologie par addition ou par couches successives, encore connue sous le terme d’impression 3D, a connu une évolution, depuis le stade de prototype à celui de la faisabilité industrielle. Là où initialement on n’imprimait que des polymères, la technologie actuelle rend possible l’impression de composants métalliques complexes. Le grand défi consiste à présent à rendre la technologie plus efficace et à en augmenter la valeur. 

Pour tirer une plus-value de l’impression 3D, il y a lieu d’en intégrer les possibilités dès la conception du produit. Il est alors possible de produire des caractéristiques et des structures internes qui sont impossibles à réaliser avec des technologies classiques. Ceci demande toutefois de penser différemment, en s’appuyant sur une connaissance de l’impression 3D. 

Un second aspect concerne l’intégration de l’impression 3D de métal, dans la chaîne de production complète. Bien que l’impression 3D ait fait d’énormes progrès, la qualité finale réalisable est encore trop souvent insuffisante pour pouvoir parler d’un composant mécanique fonctionnel. Il est dès lors indispensable de prévoir un usinage complémentaire de l’ensemble ou de certaines parties fonctionnelles. Pour pouvoir le faire de façon rentable et garantir que le post-usinage soit vraiment possible, toute la chaîne de production doit fonctionner de manière intégrée. 

Une impression 3D de métal commence dès la conception :

  • intégration d’éléments uniques
  • prise en compte de différentes complexités : régulation thermique pendant la production, déformations, définition de structures auxiliaires de renfort durant le montage, etc.
  • prise en compte des opérations d’usinage ci-après : références, excès de matière, accessibilité, points de serrage, etc. 

Cellule de démonstration d’impression 3D de métal

Le hall de fabrication de Sirris à Diepenbeek, est équipé d’une chaîne de production complète (imprimante 3D métal, fraiseuses cinq axes, traitement thermique, sablage, texturation par laser), qui est mise à disposition pour réaliser, sous assistance, une première expérience. Nous sommes à votre disposition pour :

  • une analyse de votre projet actuel
  • un conseil pour une révision de projet dans l’optique d’une impression 3D, d’un post-usinage, …
  • l’impression efficace et le post-usinage d’un composant de démonstration
  • le calcul du prix réel, dans l’optique de déterminer le coût total de possession (CTP) et s’établir une comparaison avec les technologies classiques 

Le 14 novembre nous présenterons officiellement au monde industriel cette ‘AM Integrated Factory’ (Usine de fabrication de pointe). Voulez-vous en être ? Inscrivez-vous dès maintenant !

Inscrivez-vous !

Êtes-vous intéressé(e) par un complément d’expérience, une première prise de connaissance ou une formation concernant l’impression 3D de métal ? N’hésitez pas à nous contacter ! 

Le projet ‘Intégration d’impression 3D métal’ est soutenu, dans le cadre du Fonds européen de développement régional ou FEDER, par l’Union européenne, les autorités flamandes, l’Agence flamande pour l’innovation et l’entreprise (VLAIO) et par la Province du Limbourg, pour un montant de 388.984,19 euros. Pour en savoir plus sur ce projet, cliquer ici.