Les technologies additives polymère aux portes de nos chaînes de production ?

L’Additive Manufacturing polymère évolue d'une technique de prototypage à une technique de production. Des changements importants se profilent chez les fournisseurs d'équipements mais l'avenir dépendra en partie de l’évolution de la normalisation. 

En 25 ans, les technologies additives ont bien évolué ! Plus de rapidité, plus de matériaux, meilleure précision, des arguments qui poussent aujourd’hui les entreprises à se tourner vers leur utilisation en production. 

Les technologies AM polymère ont ouvert la marche de cette révolution au début des années 90 mais elles ont été encore trop souvent limitées à un usage de prototypage. Mais on constate depuis quelques années des changements importants dans les stratégies des grands fournisseurs. 

Deux exemples récents illustrent ces propos : Stratasys et 3D Systems. 

Stratasys a présenté récemment son projet H2000 3D printer associant des technologies FDM évoluées, une gestion automatisée et robotisée à l’image des centres d’usinage déjà présents dans nos entreprises, de véritables cellules de production.


© Stratasys


© Stratasys

3D Systems, pionnier des technologies AM basées sur l’utilisation de résines photosensibles, n’est pas en reste avec son projet de plateforme modulaire "Figure 4". Celle-ci permet aux clients d'adapter les configurations et de sélectionner des matériaux pour répondre à des applications spécifiques. Les configurations vont de modules à une seule impression à des systèmes de production entièrement automatisés et à volume élevé avec jusqu’à 16 modules, une gestion d’approvisionnement des matériaux automatisée et un post-traitement intégré.


©3D Systems

©3D Systems

La plate-forme "Figure 4" vise la production de pièces personnalisées et complexes tout en répondant aux exigences de durabilité et de répétabilité des environnements de production. 

Le pas est fait, l’évolution est en route, nous verrons dans les prochaines années apparaître des équipements de ce type dans nos entreprises ! Certains secteurs, comme la dentisterie ou les implants auditifs, produisent déjà annuellement des millions de composants dans le monde. Ces nouveaux systèmes encore plus évolués devraient convaincre d’autres secteurs industriels. 

Cependant, pour réussir leur intégration dans le monde des usines et des chaînes de production, ces technologies devront "se plier" à leurs exigences propres. Le fait que la normalisation en fabrication additive n’en est qu’à ses débuts pourrait être un frein à court terme dans leur évolution. 

Les normes sont essentielles : qu’elles soient de conception, de production, de contrôle,… , elles garantissent un langage commun entre les différents intervenants de l’entreprise, de ses sous-traitants et même une bonne communication entre process et équipements, sans oublier une qualité maitrisée. 

La grande diversité de technologies et d’acteurs dans le domaine ne facilite pas les choses mais nul doute que l’avenir de l’Additive Manufacturing polymère en production dépend en partie de l’évolution de la normalisation. Tous les départements sont concernés, du bureau d’études pour une conception adaptée et optimisée, en passant par la gestion des achats matières et équipements, la production et les services de contrôle qualité. 

La tâche à fournir est importante mais pas insurmontable. Tous, nous pouvons en être des acteurs : fournisseurs, utilisateurs, entreprises. Réussir une normalisation rapide et de qualité en additive manufacturing, c’est renforcer l’image de ces technologies et leur donner plus de crédit. C’est aussi, et surtout, accélérer leur implantation et ainsi renforcer la compétitivité de nos entreprises. 

Si vous désirez plus d’information sur la normalisation en additive manufacturing, n’hésitez pas à nous contacter au travers de notre Antenne Normes.

Voir aussi