Les Belges au JEC Europe 2015 : "Ici, on découvre toujours quelque chose de nouveau"

Agoria et Sirris ont annoncé la création de CFK Valley Belgium lors du JEC Europe, le salon international de Paris consacré aux composites. Les visiteurs ne savaient plus où donner de la tête. Quant aux participants à notre visite VIP du 11 mars, ils étaient unanimes : « Nous ne pouvions vraiment pas rater cette occasion ».

« La production et la transformation de matériaux composites, y compris tout ce qui s'y rapporte, est une industrie qui mérite d'avoir toutes ses chances de se développer davantage au sein de notre pays. Car à l'image de la Belgique, les composites sont résistants et durables, présentent un design pas forcément des plus simple et sont complexes sous leur aspect final. Eh oui, c'est vrai qu'ils ne sont pas donnés, mais en même temps, le résultat final est bien plus intéressant que les alternatives standard », déclarait le 11 mars dernier Marc Lambotte, CEO d'Agoria, lors de la signature de l'acte constitutif de CFK Valley Belgium. Grâce à l'initiative commune d'Agoria et de Sirris (voir le communiqué de presse), les entreprises belges souhaitant renforcer leurs activités dans l'industrie des composites auront accès à un réseau international constitué de centres de connaissances, d'instituts de recherche et d'autres entreprises actives dans ce secteur.

Gunnar Merz (CEO de CFK Valley Stade), Marc Lambotte (CEO d'Agoria) et Herman Derache (Managing Director de Sirris) signent l'acte constitutif de CFK Valley Belgium. Plus de photos ici.

« De notre côté, nous saluons chaleureusement les nouveaux contacts belges », précisait un peu plus tôt dans la journée Gunnar Merz, CEO de CFK Valley Stade en Allemagne, dont le nouveau projet belge devient un satellite. « Il est vrai que les composites sont des produits avancés, dont la qualité dépend surtout du processus de production. Or, c'est précisément pour cette raison qu'un échange de connaissances et une collaboration par-delà les frontières s'avèrent nécessaires pour aider les entreprises à tirer un maximum parti des nombreuses opportunités de croissance qui s'annoncent dans ce secteur industriel. Je suis convaincu que ce partenariat est une situation win-win pour l'industrie belge et européenne des composites et qu'il en ressortira certainement de nouvelles applications. »

Du high-tech belge

Entre-temps, quelques dizaines de mètres plus loin, dans les halls d'exposition du centre de congrès de la Porte de Versailles, la chaîne de valeur des composites était représentée dans son ensemble : des fournisseurs de matières premières, d'équipement et de services, aux transformateurs et distributeurs, en passant par les fabricants de produits intermédiaires.

Quelques exemples d'innovations belges dans ou pour l'industrie des composites

Manifestement, le secteur n'est pas en manque d'idées et de capacité d'innovation. Quelques entreprises membres d'Agoria ont même présenté des développements de haute technologie.

Dans le stand collectif belge d'Agoria et de l'Awex, on retrouvait par exemple Bekaert, acteur mondial dans le traitement des fils en acier, qui exposait notamment des fils en acier ultrafins, d'à peine 1 micro d'épaisseur. « Des fils très utiles pour les fabricants qui souhaitent ajouter des propriétés particulières à leurs matériaux composites en les rendant conductibles, en les renforçant, en bloquant les champs électromagnétiques, etc. », ont expliqué Peter Janssens (Innovation & Commercialization Manager) et Dominique Andries (Market Manager Textiles).

Juste à côté, la Sonaca, entreprise wallonne qui développe et fabrique des pièces d'avion, a suscité beaucoup d'intérêt grâce à son prototype de nouveau volet (« flap ») pour les ailes de jets d'affaires. « Un développement dans le cadre du projet Skywin Ecotac qui valide surtout nos compétences en SQRTM, le bon positionnement des fibres lors du processus d'injection et les tests non destructifs de telles structures composites d'avant-garde », a précisé Pierre Taquet, Space Programs Manager.

Du côté de Delta Application Technics, une autre entreprise belge, la foire a permis à Jacques Coppens, Managing Director, et Kim Aerts, Sales Engineer, de « nouer beaucoup de contacts très intéressants au niveau international », d'après leurs dires. Leur entreprise fabrique des machines permettant d'appliquer des colles ou d'autres substances liquides ou pâteuses de manière contrôlée et industrielle. Le Managing Director et le Sales Engineer ont démontré le savoir-faire de Delta Application Technics à l'aide de vidéos présentant deux belles applications : un échangeur thermique pour Daikin et la valise Curv pour Samsonite, dont un exemplaire finalisé était bien sûr visible à Paris. « Le collage est la technique d'assemblage idéale pour de nombreuses applications. Malheureusement, les formations organisées en Belgique à l'attention des ingénieurs y portent bien trop peu d'attention », a précisé Monsieur Coppens.

Et que penser encore de l'offre d'Econcore, une spin-off de la KULeuven, comptant un centre de R&D en Belgique ? Cette entreprise développe et commercialise des technologies pour la production continue et automatisée de structures thermoplastiques légères en nid d'abeilles, ainsi que des panneaux sandwich faciles à travailler, transformés pour obtenir de telles structures alvéolées. Les acheteurs de tels produits sont des fabricants actifs notamment dans les secteurs du transport (panneaux pour camions), de l'énergie éolienne (nacelles) et de la construction (panneaux de façade) qui cherchent à réduire le poids des matériaux, sans pour autant tirer un trait sur leur solidité.

3 grandes tendances

Selon Markus Kaufmann, Lab Manager et Program Manager Composites du SLC-Lab, JEC Europe 2015 n'est pas une foire placée sous le signe de la révolution technologique, mais plutôt un salon qui a présenté beaucoup d'évolutions intéressantes et prometteuses. D'après lui, il faudrait tenir à l'œil trois tendances:

  • L'automatisation croissante

« Il y a cinq ans de cela, la production de composites était pour bon nombre d'entreprises un processus manuel et presque artisanal. Actuellement, nous voyons déjà beaucoup plus de processus automatisés, a fortiori dans les marchés les plus axés sur les composites, comme l'aviation, le secteur de l'énergie éolienne et surtout aussi l'industrie automobile. D'autres marchés suivront, car comme nous pouvons le constater lors de cette foire, les possibilités technologiques évoluent rapidement. »

  • L'augmentation du nombre d'applications possibles pour les biocomposites

« L'un des éléments phares du JEC Europe 2015 est l'expo "Better Living" consacrée à l'innovation, où sont présentées des applications novatrices en matière de composites qui réduisent le poids et la quantité de matériau nécessaire tout en présentant des propriétés intéressantes comme la robustesse, la rigidité et la malléabilité. Chose frappante : ces applications utilisent bien souvent des biocomposites à base de fibres de lin, de chanvre ou de bambou. Un conseil pour ceux qui n'ont pas pu se rendre à Paris : à partir du 3 avril, le musée du design de Gand accueille une exposition pop-up présentant des projets récents réalisés en composites à base de lin et de chanvre. »

  • L'apparition de nouvelles matières premières

« De nombreuses innovations voient encore le jour concernant les matériaux de base. À cet égard, le développement de nouveaux types de polymères qui polymérisent après injection dans une matrice fermée constitue un bel exemple. Ces polymères pourraient constituer une alternative pour les entreprises qui travaillent actuellement avec du polyester et doivent ainsi faire face à d'importantes émissions de styrène. »

Et qu'en ont pensé les visiteurs belges ?

C'est aussi bien entendu la curiosité et l'envie de découvrir des innovations qui ont poussé quelques entreprises membres d'Agoria et de Sirris à répondre positivement à notre invitation de visite VIP d'un jour au JEC Europe 2015. Qu'attendaient-elles de cette foire ?

Les participants à la visite VIP d'un jour au JEC Europe 2015 organisée par Agoria et Sirris

Peter Reynaert, General Manager du constructeur en aéronautique Sabca Limburg, et Jelle Goyvaerts, l'un de ses ingénieurs en R&D : « Nous appliquons la méthodologie Lean depuis 1997 et venons tout juste de clôturer un important projet d'investissement visant à optimiser les processus de notre usine. Des bâtiments sont venus s'ajouter, de même qu'une fraiseuse de 30 mètres de long et un robot scannant les pièces par ultrasons qui permet d'accélérer fortement le processus de contrôle de la qualité des composants aéronautiques que nous fabriquons. Nous ne prévoyons donc pas d'investir dans d'autres projets concrets actuellement, mais sommes malgré tout venus jeter un œil à Paris parce que les choses évoluent très vite sur ce marché et que l'on est toujours en quête de gains en termes d'efficacité. Je trouve que cette foire est aussi l'endroit idéal pour "regarder de l'autre côté du mur" Car c'est bien souvent en observant les développements ou applications sur d'autres marchés que l'on trouve l'inspiration nécessaire pour améliorer ses propres designs ou processus. »

Alice Salmon, Industrial Manager de JD’C Innovation, qui fabrique des pièces en composite pour l'industrie aéronautique et la Défense : « Mon agenda est rempli de rendez-vous avec des sous-traitants existants ou potentiels. De plus, je viens voir les développements réalisés en matière de technologie par autoclave. Non pas parce que nous avons des projets d'investissements directs, mais plutôt pour rester au courant et orienter correctement notre stratégie à long terme en la matière. À ce propos, nous sommes ravis de la création de CFK Valley Belgium. C'est une formidable initiative pour les petites PME comme la nôtre : elle leur permet de mettre en avant leurs compétences sur la scène internationale et d'accéder à un savoir-faire qui, faute de partenariat, serait inaccessible financièrement.

Pascal Dhondt, Project Engineer Production de Spiromatic, fournisseur de technologie pour l'industrie alimentaire, qui fabrique notamment des silos pour le stockage de produits en vrac et de matières sèches : « Cela fait déjà 12 ans que je me rends à la foire JEC, tout bonnement car c'est la Mecque de l'industrie des composites et qu'il y a toujours quelque chose de nouveau à y découvrir. Cette année, je recherche surtout des innovations capables d'améliorer des sous-procédés spécifiques, comme de la robotique pour fraiser plus rapidement et des technologies de projection 3D permettant de faciliter l'installation de nos silos. »

Auteur : Peter Ansoms, Agoria

Tags: