La carte de l’écosystème belge des start-ups devient virale

Récemment Omar Mohout, un expert du département ICT de Sirris, a dressé un inventaire très complet de l’écosystème belge des start-ups en 2014 sur Bloovi, une plateforme qui relie tous les acteurs du secteur numérique. Cet article n’est pas passé inaperçu.

« La Belgique est le port d’attache d’un paysage start-up bouillonnant, actif et en forte croissance. Les Startup Weekends, hackathons, Cafés Numériques, Meetups, Open Coffees, événements et ateliers en tous genres sont devenus monnaie courante dans chaque coin du pays. Chaque ville digne de ce nom a désormais son propre programme d’accélération. Les espaces de coworking se multiplient comme des champignons. Des mentors aux profils divers proposent leurs services. L’offre est à ce point importante que l’on a l’impression qu’il y a désormais plus d’activités d’encadrement que de start-ups alors que tout devrait s’articuler autour des chercheurs d’or (les jeunes pousses) et non autour des vendeurs de pioches (prestataires de services).
Tout est-il pour autant pour le mieux dans le meilleur des belgo-mondes ? Loin s’en faut. »
C’est ainsi que commence l’article d'Omar. (l’article est en néerlandais)

(L’article est disponible en français en 2 parties :
http://www.regional-it.be/2014/10/13/lecosysteme-belgique-startup/   http://www.regional-it.be/2014/10/16/ecosysteme-startup-belgique-panorama/)

Prise de pouls

En moins d’un mois, cet article posté sur le blog a été lu 22 000 fois et partagé plus de 1 200 fois, ce qui en fait l’article le plus partagé sur Bloovi.

Les résultats et les réactions, aussi impressionnants soient-ils, sont loin d’être une surprise au vu de la qualité de l’article, qui présente une vision très complète d’une scène start-up en rapide évolution. L’article dresse un état des lieux, analyse la situation actuelle, présente la position de la Belgique sur l’échiquier européen. Il fournit aussi une liste des entreprises (dont certaines ont déjà acquis une bonne réputation) et des initiatives qui participent au lancement des start-ups, liste complétée par des informations sur l’importance des écosystèmes, des communautés, du co-working…

Par cet articule percutant, Omar Mohout montre que Sirris a déjà acquis un bon nombre de connaissances et pas mal d’expérience dans le monde des start-ups. On y trouve un paysage start-up complet et actualisé accompagné d’une analyse des points forts et des points qui doivent encore être améliorés.