Focus on your business, leave your IT infrastructure to the cloud: tour d’horizon - Partie 3

     

Thijs Feryn – Combell: « Il ne s’agit plus tant de propriété, que de disponibilité. »

Selon Thijs Feryn, chacun a sa propre interprétation de ce qu’est précisément le cloud. Certains le voient comme l’Internet, ce qui n’est, d’après lui, pas si absurde, si ce n’est que l’informatique en nuage répond à des besoins modernes. Ainsi, le cloud présente un grand avantage, appelé « commodity » : le fait qu’il offre à la fois flexibilité et sécurité. 

Les développeurs misent sur des solutions flexibles afin de répondre aux attentes des utilisateurs et entreprises. La gestion des données a évolué vers le DevOps, avec des équipes d’ingénieurs tant de développement que d’exploitation. Selon Thijs, les éléments clés de l’informatique en nuage en 2014 seront l’automatisation et l’intégration, ainsi qu’un développement rapide et une livraison continue. Tout comme l’intervenant Frederik Denkens, il recommande d’adopter le bon état d’esprit dès le départ et surtout, aussi, de s’entretenir avec les développeurs. Il nous livre quelques conseils importants en la matière : 

  • Pensez à la simplicité d’utilisation et à vos besoins en matière de sécurité et de services. Vos processus et collaborateurs sont-ils prêts pour la stratégie du fournisseur choisi ? Dans le cas contraire, des modèles traditionnels peuvent être plus utiles à votre entreprise que des stratégies risquées.
  • Prenez du recul et demandez-vous quels sont les SLA qui semblent adaptés en fonction de vos budgets et restrictions.
  • Et à nouveau : assurez-vous que votre mentalité évolue en ce sens. La propriété n’est plus tellement importante – la présence physique de vos serveurs dans votre bâtiment n’est plus nécessaire. Parallèlement, il ne suffit pas d’« envoyer » vos applications dans le cloud. Déterminez si vous allez privilégier la flexibilité (Software as a Service) ou les solutions sur mesure (Platform/Infrastructure as a Service). 

Thijs a terminé son exposé par une déclaration plutôt audacieuse : « I hope cloud will die a violent death. » Il visait ainsi une intégration des services cloud à l’Internet, tout comme pour le Web 2.0. Selon lui, nous parlerons prochainement du cloud comme de « l’Internet » et la livraison continue, ainsi que la conception flexible et anti-plantage deviendront les choses les plus naturelles au monde. 

Cliquez ici pour (re)voir toute la présentation.

Cette série d’ateliers a été organisée par Sirris et Agoria, dans le cadre du projet Nebucom. Au travers de ce projet, Sirris, Agoria, LSEC et iMinds souhaitent aider les entreprises logicielles en Belgique à explorer les opportunités de l’IaaS.