Fini la chair de poule des machines

extreme weather, climate chamber

Comme les êtres vivants, les machines doivent se protéger contre les (trop) basses températures. Les véhicules en particulier en souffrent beaucoup. Depuis peu, il existe une solution amenant une réduction des émissions, de la consommation, de l’usure et des opérations d’entretien, ainsi que plus de confort pour le conducteur.

Lorsque les températures sont basses, de nombreuses espèces d'animaux, dont l’homme, ont besoin d’une protection efficace. L'évolution a vu naître divers réflexes et stratégies pour contrer l’hypothermie, notamment la chair de poule, les frissons et le claquement de dents.

Le froid (extrême) peut aussi avoir un effet nuisible sur les machines. Le démarrage à froid (machine refroidie après un arrêt prolongé à basse température) peut causer des problèmes : la machine ne démarre pas ou certains composants peuvent se détériorer plus fort. Cela est souvent dû à un changement des propriétés des matériaux à basse température : moindre capacité de la batterie, augmentation de la viscosité des lubrifiants, gel de certains liquides, notamment de refroidissement, fragilité des pièces moulées, perte d’élasticité des joints, etc. Il peut aussi y avoir des différences de dilatation thermique, à cause de coefficients de dilatation différents ou d’une répartition de température non homogène. Certaines tolérances fonctionnelles peuvent ainsi être influencées, entraînant un blocage ou un trop grand jeu entre des pièces mobiles.

Kits anti-froid


(Source : http://www.miningmagazine.com

Pour limiter les problèmes de ce genre avec les machines entraînées par un moteur à combustion, le plus simple est de laisser tourner la machine quand il fait froid, même si on ne l’utilise pas. Ce n’est évidemment pas ce qu’il y a de mieux pour l’environnement ni pour la consommation et les frais de carburant. Il faut donc trouver autre chose.

Terex, fabricant notamment de tombereaux, en était aussi convaincu. La version standard de ses machines peut simplement être utilisée jusqu’à des températures de -18 °C. Cependant, sur de nombreux sites, la température descend régulièrement plus bas. Par exemple l’hiver au Canada, en Russie ou en Scandinavie. Pour ces environnements, Terex a mis au point un ‘Winter kit’ (jusqu’à -25 °C) et un ‘Arctic kit’ (jusqu’à -40 °C). Outre des matériaux spécifiques (huile, joints, etc.), ces kits comprennent un système start-stop et un dispositif de chauffage indépendant du moteur.

Ce ‘thermo-heater’ s'active à l'arrêt du moteur lorsque les températures sont basses. Le liquide de refroidissement du moteur est acheminé vers ce thermo-heater et la chaleur circule vers les composants critiques et la cabine du chauffeur. L’engin reste ainsi opérationnel, mais à une fraction de la consommation de carburant à l'arrêt. Cela s'accompagne d’une réduction des émissions et des frais de carburant (jusqu’à 90%), mais aussi de l’usure et des opérations d’entretien de l’engin. Cela apporte aussi plus de confort au conducteur. Terex propose ces kits pour les nouveaux tombereaux et en seconde monte, après test rigoureux et validation des kits, notamment dans la chambre climatique de l’OWI-Lab.

Pour en savoir plus sur la collaboration entre Terex et OWI-Lab, cliquez ici.

(Source photo en haut : http://www.aggbusiness.com)