Alors que les portes du plus grand salon mondial de l’électronique grand public viennent juste de se refermer à Las Vegas, il est bon de faire le point et d’analyser les grandes tendances de ce que nous réserve l’industrie dans les prochains mois.

Faire en sorte que les machines et systèmes mécatroniques deviennent à la fois plus performants et plus économes en énergie… Très bien, mais dites-moi : on fait comment ? Le 3 mars 2015, Sirris et Flanders Make présentent les résultats du Projet Ecomechatronics, dans le cadre duquel une cinquantaine d’entreprises ont été épaulées dans leurs efforts de développement d’une nouvelle génération de produits.

Dans la zone portuaire de Gand, une collaboration entre deux entreprises se traduit par une nette réduction de la consommation énergétique et des rejets de C02. En Europe, on trouve de plus en plus souvent ce type de collaboration, qui présente de nombreux avantages pour les partenaires. Un nouveau projet européen vise d’ailleurs à soutenir ce type d’initiatives et cherche actuellement des entreprises intéressées.

Le Flanders' Mechatronics Technology Center (FMTC) a développé une méthodologie permettant d’utiliser plus longtemps les systèmes alimentés par batterie. Celle-ci a été appliquée au développement d’une commande de bras de robot utilisant efficacement la batterie. Cette commande a permis d’allonger le temps de déchargement de la batterie de 55% par rapport à une commande optimale au niveau temps.

Sur la base des résultats d’un audit EcoMechatronics, Sirris a réalisé une étude de transposition avec des propositions concrètes qui ont permis le développement d’un concept d’entraînement plus compact et efficient en énergie pour une machine existante, avec le maintien de la productivité. Pour d’autres entreprises, la mise en application d’un tel projet d’optimalisation de l’efficience en énergie est un résultat générique intéressant.