Un marché en croissance et une sensibilisation accrue du public accélèrent l'adoption de produits biosourcés, biodégradables et recyclables. Mais comment identifier ces produits et évaluer leur valeur ? Et quelle est leur position actuelle dans l’économie circulaire ? Grâce au webinaire Sirris et Centexbel du 31 mars, vous serez à jour dans l'heure !

« Une crise, c’est toujours l’occasion idéale de réfléchir à son entreprise, à ses produits et à ses processus », explique Bart Maeyens, General Manager chez Modular Lighting Instruments à Roulers. Il partage avec enthousiasme son expérience avec le Crisis Code Cracker. Ce plan d’action en 3 étapes conçu par Sirris aide les entreprises du secteur technologiques à sortir plus fortes de la crise. « Une expérience extrêmement positive qui nous a permis de gagner beaucoup de temps et de trouver de nouvelles idées. Je la recommande vivement à tous les entrepreneurs. »

La mise au point d’alternatives durables pour le papier peint et les revêtements muraux englobe aussi bien l’utilisation de matériaux biosourcés que la mise en œuvre d’une stratégie de recyclage en fin de vie.

DSM développe, en partenariat avec d'autres grandes entreprises, une fibre Dyneema (PE à haut poids moléculaire) biosourcée.

Gagner de l'argent avec un produit qui ne tombe presque jamais en panne, c'est un défi et cela demande un changement de perspective : vous ne vendez pas votre produit, mais vous faites payer son utilisation ou celle de ses fonctionnalités. Cela vous semble quelque peu abstrait ? Nous illustrons notre propos avec le cas d'une PME qui a réussi à proposer son produit (un tapis d’entrée) sous la forme d’un service à ses clients.

Un nouveau revêtement à base d'huile de colza peut offrir une protection temporaire contre la corrosion dans des conditions maritimes extrêmes ou en cas d’humidité élevée.

La pression sur les produits d'origine fossile augmente. Si les alternatives biologiques gagnent en importance, il reste du pain sur la planche. Il en va de même dans le secteur des revêtements. Au début de cette année, nous avons lancé le projet « Revêtements à base de bio-composants : une opportunité pour une entreprise et un monde durables ».

L’industrialisation et la digitalisation ne sont pas l’apanage des grandes multinationales. Elles sont aussi à la portée des PME et entreprises de taille intermédiaire. AW Europe vient de le prouver, décrochant au passage l’un des deux titres d’Usine du futur décernés en Wallonie en 2019.

Lors de la cinquième édition des Factory of the Future Awards, dix entreprises ont reçu le titre de Factory of the Future, le prix décerné par Sirris et Agoria aux entreprises qui réussissent le mieux à concilier les technologies du futur avec un travail à visage humain et écologique. Parmi les lauréats, Mirion Technologies, fabricant de détecteurs de rayonnements nucléaires.