Hyperscale et Microcare sont les principaux vecteurs de l’économie numérique. Au centre, des services numériques extensibles qui répondent aux besoins des particuliers et des entreprises. Comment les décideurs envisagent-ils la question ? Nous nous entretenons avec Nicolas Vautrin et Kourosch Abbaspour Tehrani d'Innoviris, l'institut bruxellois pour la recherche et l'innovation.

Le 19 février, Audi Bruxelles, Kautex Textron Benelux, Total et Vandemoortele se sont vu décerner un Factory of the Future Award. En six ans, le groupe de tête des entreprises de production tournées vers l'avenir en Flandre est devenu un club de 38 entreprises manufacturières, qui y ont récemment investi plus de 1,7 milliard d'euros.

Les produits connectés intelligents se multiplient et de plus en plus de technologies sont commercialisées pour réaliser des solutions intelligentes avec l’internet des objets (IoT). Un nombre croissant d’entreprises qui fabriquent des produits physiques se demandent si elles doivent franchir le pas, quand et comment. Elles doivent relever de nombreux défis, notamment créer de la valeur ajoutée et imaginer une proposition de valeur attrayante.

Au sein d’Industrie 4.0, design et fabrication sont étroitement liés. C'est pour cette raison que les salons Prototyping Xpo et MNE ont fusionné en un seul salon couvrant toute la chaîne de valeur, du design innovant en petits volumes à la production en série et à la commercialisation. Prototyping-MNE, auquel Sirris participe également, se déroulera les 5 et 6 février à Courtrai.

L'économie numérique repose sur les données à très grande échelle (hyperscale) et les soins à très petite échelle (microcare). Il est essentiel de proposer des services en ligne évolutifs qui prennent en charge les tâches des consommateurs et/ou des utilisateurs professionnels d'une manière conviviale. Nous nous sommes demandé si les décideurs s’y intéressaient. Nous avons donc rencontré Nadja Desmet, fondatrice de Socialemediaburo.be et Someflex, proclamée ‘PME prometteuse de l'année en Flandre occidentale’.

Le 11 décembre prochain, EEBIC organise une conférence à propos du 'Cloud Product Management' à Anderlecht. L’événement se penchera sur comment le digital peut optimiser la gestion de produit. Notre expert Sirris, Nick Boucart, a été invité pour présenter le sujet.

Les humains utilisent des mots, des schémas, des images, des contextes, des sons, des expressions faciales ou un langage corporel pour se faire comprendre. Les machines utilisent des données et des modèles d’informations ainsi que des algorithmes pour manipuler les informations, et les concepts humains doivent être traduits pour permettre leur utilisation par les machines. Un livre blanc paru récemment présente une évaluation des défis actuels et futurs impliquant l’interopérabilité sémantique dans des domaines industriels et des normes industrielles associées.

L'essor de l'additive manufacturing exige un soutien numérique pour l'ensemble de la chaîne de production afin de pouvoir contrôler et garantir la qualité des produits. Pour ce faire, Sirris travaille actuellement à la mise au point d'une 'eID', un passeport numérique pour les produits de son usine pilote 4.0 Made Real.

Hyperscale et Microcare sont les plus importants moteurs de l'économie numérique. L'accent est mis sur des services en ligne modulaires qui réalisent le travail à faire des consommateurs ou des professionnels d'une manière orientée client. Comment les décideurs perçoivent-ils ce thème ? Nous avons posé la question à Stijn Vanorbeek, entrepreneur belge à succès, désormais actif aux États-Unis.

Afin de pouvoir accompagner au mieux les entreprises dans leur transition vers une production Industrie 4.0, Sirris a décidé de créer un environnement de test d'une usine Industrie 4.0 : l'usine pilote '4.0 Made Real'. Diverses technologies innovantes y sont déployées ; la production sera contrôlée par voie numérique, de la commande à la livraison. Pour ce faire, nous emploierons les machines connectées et l’IoT.