Des matériaux de construction éco-innovants améliorent la qualité de l'air ambiant

La qualité de l'air à l'intérieur d'un bâtiment est souvent médiocre en raison du recours à des matériaux de construction classiques. Ces dernières années, on a donc assisté au remplacement croissant de tels matériaux par des alternatives d'origine naturelle, comme les produits multicouches sur la base de biocomposites.

Les matériaux de construction classiques contiennent souvent des substances nocives comme les COV et le formaldéhyde, qui se libèrent au fil du temps et polluent l'air ambiant. Une alternative potentielle réside dans les matériaux à base naturelle, comme par exemple les parois multicouches intérieures et extérieures, qui possèdent les mêmes propriétés isolantes, protectrices, ignifuges et hydrofuges que les matériaux traditionnels.

Le projet européen OSIRYS entend pour sa part mettre au point des biocomposites à base de bois afin de répondre à ce besoin croissant d'une meilleure qualité de l'air et de l'efficacité énergétique en construction et en rénovation.

Des déchets aux matériaux de construction

Le consortium emploie des matériaux de construction éco-innovants qui peuvent garantir un climat intérieur plus sain en éliminant les micro-organismes, en améliorant l'isolation thermique et acoustique et en maîtrisant les conditions des systèmes de construction. La sécurité, l'efficacité énergétique et un prix abordable sont d'autres caractéristiques envisagées.

Les matériaux mis en œuvre à cette fin par les chercheurs sont des résines époxy thermodurcissables à base de déchets issus de la sylviculture et des polymères thermoplastiques à base de lignine, renforcés de fibres naturelles comme le bois, le chanvre ou le lin. Les granulats de liège sont également utilisés en raison de leurs caractéristiques isolantes. Une attention particulière est accordée aux additifs, comme les retardateurs de flamme. Des revêtements spéciaux sont mis au point (par exemple sur la base de TiO2) pour améliorer la qualité de l'air.

Biocomposites

L'une des réalisations dans le cadre de ce projet consiste en biocomposites à durabilité élevée. L'emploi de polymères renforcés par des fibres dans la construction est un phénomène récent. Le comportement de tels matériaux à court et à long terme est encore mal connu. La durabilité de structures renforcées par des fibres dépend de conditions ambiantes spécifiques, comme l'alcalinité (dureté de l'eau), l'humidité et la température, ainsi que d'effets à long terme (déformation, travail et fatigue des matériaux).

L'un des objectifs de la mise au point de tels matériaux consiste en un impact minimal sur l'environnement et une durabilité accrue, y compris en cas d'utilisation extérieure. Pour ce faire, une couche externe est appliquée pour protéger le biocomposite contre les dégradations résultant de facteurs externes, comme les rayons UV, le vent, la pluie et les variations de température. L'entretien est ainsi réduit et la durée de vie du bâtiment s'allonge.

On entend ainsi répondre à toutes les exigences techniques du secteur de la construction et donc accroître la proportion de biocomposites sur ce marché exigeant.

(Photo: http://omnexus.specialchem.com)

Tags: