Comment lancer votre transition ?

De nombreuses entreprises reconnaissent la nécessité de l'économie circulaire ou sont conscientes de ce qu’elle pourrait apporter. La question est de savoir comment faire évoluer votre entreprise. Quelles mesures pouvez-vous prendre ? Quelles sont les décisions les plus utiles à prendre ?

Cet article est le dernier d’une série de publications présentant la norme d’économie circulaire BS8001.    

  1. Pourquoi évoluer vers l’économie circulaire ? !
  2. Quels principes d'économie circulaire apportent de la valeur ?
  3. Comment lancer votre transition ?

Cet article donne des conseils et fournit un cadre. Comme dans les articles précédents, nous avons pris la norme BS 8001 pour référence et l'avons complétée par notre expérience du terrain.

Cadre flexible

La norme propose de commencer par évaluer le niveau de maturité de l’entreprise. Vous devriez rapidement identifier des niveaux de maturité rivalisant au niveau des entités, des produits, des catégories de services et certainement des personnes et des fonctions au sein de votre entreprise. Pour aborder cette première étape floue du processus, il y a lieu de se poser des questions. Les huit questions essentielles de la norme peuvent se résumer comme suit :

  • Êtes-vous conscient de l’utilité à long terme de l’économie circulaire pour votre entreprise ?
  • Avez-vous établi un plan stratégique calqué sur les activités de l'économie circulaire ?
  • Avez-vous des idées et des priorités pour réaliser vos activités de l’économie circulaire ?
  • Avez-vous identifié des programmes d’essai et de développement réalisables ?
  • Avez-vous alloué des moyens pour mener à bien ces essais ?
  • Déployez-vous des expériences et des projets pilotes pour valider les idées et les approches ?
  • Êtes-vous déjà parvenu à intégrer des produits ou des services dans vos activités ?
  • Avez-vous mis en place un système de surveillance et des outils pour encadrer le progrès continu ? 

En répondant à ces questions, vous serez en mesure d’entamer la procédure en huit étapes : définition d'un cadre, définition du champ d'action, production d’idées, faisabilité, analyse de rentabilité, réalisation et mise en œuvre, projet pilote et prototype, surveillance et rapport (cf. figure ci-dessus).

Un ensemble d'activités et des examens de validation sont décrits à chaque étape pour en évaluer la réalisation. Il faut répondre à une question de validation essentielle à pratiquement chaque étape : dans quelle mesure la direction doit-elle donner son aval avant de passer à la suite ? Cette approche peut donner l’impression qu’il faut suivre un parcours séquentiel au fil des étapes. Ce n'est pas toujours le cas. En réalité, on adopte souvent une démarche itérative. Néanmoins, les étapes clés donnent des indications sur les divers aspects à aborder tôt ou tard.

La mobilisation des parties prenantes est essentielle pour pouvoir avancer. Leur implication et leur sensibilisation sont jugées impératives pour progresser et réaliser des actions d’une étape ultérieure. Par exemple, entamer les activités de production d’idées pour un nouveau produit ou service ne peut aboutir que si les acteurs internes tels que la R&D, les ventes, le marketing... sont conscients de ce que l'économie circulaire peut apporter à l’entreprise.

L’idée de base est de commencer (définition du champ d'action) par la vision actuelle et de voir comment l'économie circulaire pourrait soutenir ou saper la proposition de valeur à long terme de l’entreprise. D’expérience, nous savons qu’il peut s’agir d’un piège si beaucoup d'énergie et d’attention sont accordés aux risques associés à l’économie circulaire. Bien qu’il faille aborder ces risques, nous encourageons les entreprises à partir d’un état futur désiré, ce qui amène souvent une énergie positive dans les débats. On pourra s'atteler à toutes les hypothèses et aux risques lors d’une phase ultérieure, lorsque des expériences à petite échelle seront menées.  

La norme insiste beaucoup sur le fait d’entretenir une culture de l'apprentissage et de se focaliser à la fois sur les résultats obtenus et le processus suivi. Pour atteindre ses objectifs, il faut également évaluer les processus de l’entreprise et faire évoluer les systèmes de management (certifiés ISO ou non). 

Conseils sur les enjeux et considérations

Outre le cadre de mise en œuvre des principes de l'économie circulaire, la norme BS 8001 fait part de conseils et de considérations. On peut distinguer cinq niveaux d’impact : économique, technique, politique/réglementaire, comportemental et organisationnel. Les enjeux identifiés sont multiples. Nombre d’entreprises les reconnaîtront : comptabilité, législation, gestion de l’information, adjudications, etc.

(Tableau @ Sirris, sur la base de la norme BS 8001

Le tableau ci-dessus montre les interactions possibles des enjeux en question dans certains domaines. Les zones d’interaction (colorées) représentent à la fois les risques et les perspectives. Soulignons que chaque entreprise doit identifier les répercussions de ses décisions ou activités sur le fonctionnement de l’entreprise et la proposition de valeur. Ce tableau peut donc être adapté en fonction de l’expérience et des connaissances acquises au fil des étapes. 

Conclusion

La norme BS 8001 est un précieux outil qui peut aider les entreprises de tout niveau de maturité dans leur transition vers l'économie circulaire. Il faut la considérer comme un guide et non comme une feuille de route irrévocable. La norme n’est pas destinée à être utilisée pour la certification.

La valeur du document est également sa faiblesse. Les définitions, les principes, le cadre et les conseils sont tous valables pour un large éventail d’entreprises, mais l’interprétation et la transposition selon les spécificités de chaque entreprise et chaque marché exigent certains efforts. Il faut notamment catégoriser les éléments essentiels à vos produits et services et les éléments de moindre pertinence. Enfin, il faut évaluer les thèmes pertinents identifiés à la lumière de la philosophie de l’entreprise, de ses besoins, ses marchés, ses compétences, etc.

Nos services

Sirris et Agoria accompagnent et soutiennent les entreprises sur la voie de l’économie circulaire. Notre initiative identifie les petites étapes structurelles nécessaires pour atteindre les objectifs, tout en surveillant et renforçant l'implication des collaborateurs et des autres parties prenantes. Fortes de cette approche, les entreprises peuvent découvrir progressivement la valeur ajoutée susceptible d’être dégagée et d'aboutir à des mesures concrètes dans cette optique. La teneur et le tempo sont adaptés à l’organisation de l’entreprise.

Axée sur l'entreprise, notre approche consiste en un entretien prospectif, la sensibilisation, le conseil et l'accompagnement ; nous étudions les perspectives et solutions concrètes pour votre entreprise.

Par ailleurs, il existe une approche collective au sein du réseau d’apprentissage Circular Economy Connect, qui offre des perspectives de réseautage et d'apprentissage entre pairs. Au sein de ce réseau, vous nouez des contacts avec des intervenants notoires, vous avez la possibilité de visiter d'autres entreprises stimulantes, de partager vos expériences avec d'autres entreprises, de trouver des solutions à des défis communs et d'assister à des ateliers interactifs.

Cet article est publié dans la cadre du projet Eco-compliance als competitief wapen mené par Sirris et Agoria, avec le soutien de VLAIO.

(Figure au dessus @ Sirris, sur la base de la norme BS 8001)