Additive manufacturing, propriété intellectuelle, sécurité et marquage

Des marquages chimiques lisibles par RX, un partenariat pour l'introduction de tatouages dans les pièces imprimées, un autre pour la sécurisation du transfert des données, un marquage par impression de microstructures 3D fluorescentes, une analyse des problèmes de sécurité dans les pièces d'avion et un roadmap pour leur certification. Hacking d'une sécurité biométrique. 

Des marquages par marqueurs chimiques lisibles par RX 

La contrefaçon des pièces imprimées dans des applications sensibles dans les industries à forte valeur ajoutée telles que l'aéronautique, l'automobile ou la défense est un risque que beaucoup d'entreprises cherchent à minimiser, notamment par des techniques de marquage.
InfraTrac propose d'ajouter aux pièces imprimées des signatures spectrales qui ne peuvent être lues que par rayons X.  

La méthode d'impression 3D la plus efficace pour le marquage chimique des pièces est le dépôt de matière sous énergie concentrée (DED, Directed Energy Deposition) qui permet l'utilisation de plusieurs métaux. Dans l'étude d'InfraTrac, un système Optomec M7 LENS est utilisé pour fabriquer des pièces de titane. Les marqueurs chimiques ont été ajoutés aux pièces à différentes profondeurs et analysés par spectroscopie de fluorescence X (XRF) dans des conditions de laboratoire.

Lire plus sur Techniline.