5 nouvelles usines du futur, 100 jobs en plus!

Ce 2 février Valeo, Daikin, Veranneman Technical Textiles, Nuscience et Rousselot ont reçu le prix « Factory of the Future Award 2017 », ce prix de Sirris et Agoria est décerné aux entreprises qui ont le mieux réussi à concilier automatisation, digitalisation et travail faisable. Voici un petit résumé de l’événement avec vidéo.

Un peu émus et fiers : c’est ainsi que les 5 patrons des 5 nouvelles ‘usines du futur’ de notre pays sont montés sur le podium en cette soirée du jeudi 2 février. Daikin, Valeo, Veranneman Technical Textiles, Nuscience et Rousselot ont donc reçu leur Factory of the Future Award à la Wild Gallery de Bruxelles, et ce en présence de 450 industriels. Et cette récompense, c'est bien plus qu’une place dans l’armoire aux trophées de ces entreprises, comme l’explique Herman Derache, directeur général de Sirris et Head du centre d’expertise Innovation chez Agoria: « les lauréats des Factory of the Future Awards sont les entreprises qui ont le mieux réussi à concilier automatisation et travail faisable. Ils ont réalisé ceci non seulement pour rester concurrentiel sur le marché international, mais aussi pour pérenniser les activités de production en Belgique et donner de l’oxygène à notre économie. » 

Découvrez l’ambiance de la soirée ici et en vidéo: 

Industrie 4.0… Difficile mais du win-win !

“Devenir une usine en mode Industrie 4.0, ça ne se fait pas tout seul”, précise Herman Derache: “et c’est à ça que sert le programme Made Different, via lequel Agoria et Sirris assistent nos entreprises industrielles à développer une vision et une méthodologie qui les aident à grandir et à devenir des usines du futur dans le contexte des 7 transformations. Les vainqueurs du jour de ces awards sont les seuls des 16 candidats de cette année, mais aussi de l'ensemble des quelque 300 usines dans lesquelles un trajet Made Different a été lancé qui ont réussi à atteindre un score de 4 sur 5 pour chacune de leur transformation. Ce sont donc des entreprises qui savent où elles veulent aller et qui sont déjà très avancées dans leur trajet de transformation. En résumé, ce sont des exemples pour tous ! »

Paul Peeters, lead expert du centre d’expertise Innovation d’Agoria et président du jury des Factory of the Future Awards, explique comment s’est déroulée la procédure d’évaluation. Et pour convaincre les plus sceptiques, il ne manque pas d’arguments, avec un aperçu des avantages visibles pour les lauréats découlant de cette année de l’approche Made Different : "30 % jusqu'à même 60 % pour l'un des vainqueurs en moins de stocks intermédiaires et des stocks de pièces, une fiabilité de livraison qui frôle les 99 %... Nous avons assisté à des changements économiques spectaculaires. Mais ce qui est encore plus remarquable, entre autres parce que ça profite à la société dans son entièreté, c’est que tous ensemble, les 5 vainqueurs, parmi lesquels 3 PME, ont ces 5 dernières années investi 110 millions d’euros dans le renouvellement des infrastructures, la digitalisation et l’automatisation. Cela a eu pour résultat de créer environ 100 nouveaux jobs dans ces entreprises. C'est bien la meilleure preuve que l’automatisation et la robotisation réfléchies ne se font pas au détriment de l’emploi ! Cette tendance est d'ailleurs générale : Chacune des 16 entreprises inscrites au palmarès des Awards depuis qu’ils existent ont investi des moyens dans leur trajectoire de transformation, pour un total de 500 millions d’euros. Et cela a eu pour effet une croissance moyenne du personnel de 11 %, alors que l’ensemble de l’industrie technologique dans son ensemble accusait un recul de 5 %".

Pour en savoir plus sur les lauréats des Factory of the Future Awards 2017.

Enthousiasme et cohésion

Et c’est la même histoire que racontent Guy De Winne de Newtec et Sven Van Raemdonck, deux anciens vainqueurs des Factory of the Future Awards. C’est ce qu’ils ont expliqué lors d’un échange avec Marlène de Wouters, modératrice, en insistant notamment sur l’impact pour la motivation de leur personnel de cette distinction « pour nous, cet Award est tout sauf un point final : il s’agit plutôt d’une étape dans une histoire en cours », précise Guy De Winne. "Recevoir une telle récompense était une très bonne chose, parce que toute notre équipe s’est énormément impliquée tout au long de cette trajectoire : la chute, le démarrage et le développement continu vers un niveau suivant", explique avec enthousiasme Sven Van Raemedonck. "Une telle récompense crée énormément d’enthousiasme et une cohésion forte. Et c’est aussi un coup de pouce pour notre position au sein du groupe, vu que nous sommes une entreprise internationale. Nous avons clairement remarqué que nos collaborateurs sont fiers de leur job et que nous sommes perçus par les candidats comme un employeur attractif. Et nos clients y sont aussi sensible.”

Une tendance irréversible

Gunter Beitinger, Vice-President & Plant Manager d’une usine Siemens de composants électroniques à Amberg (Beieren), tient de son côté un discours encore plus inspirant. En tant qu’orateur de la soirée, il a raconté la transformation toujours en cours de cette usine, dans laquelle environ 1.260 personnes travaillent en 18 pauses (3 équipes, 6 jours/semaine). L’usine produit plus de 15 millions de produits par an pour 60.000 clients, avec un pourcentage de qualité de… 99,9989 %.

L’Industrie 4.0, c’est pour lui la prolongation de l’Internet of Things, avec des objets/machines qui communiquent mutuellement et génèrent des données vers le monde industriel. Selon le Dr Beitinger, il s’agit d’une tendance irréversible, stimulée par les nouvelles technologies comme le cloud, l’analyse big data, l’intégration horizontale et verticale de software au travers de tous les processus de l’entreprise et dans tous les départements, l'additive manufacturing et même la réalité augmentée.

Le trajet de transformation d’Amberg a commencé il y a quelques années et a directement permis d’atteindre des résultats spectaculaires. "Nous voulions être flexibles dans notre offre et garantir la livraison en 24 heures. Notre force, c’est la personnalisation en masse, ce qui implique que nous devons régulièrement jongler entre environ 5.000 plans de travail différents. Avant, on avait besoin pour cela de 15 personnes. Mais grâce au traitement automatisé des données, la gestion de ces variantes est assurée par un seul équivalent temps plein, alors que la production en elle-même est à 75 % automatisée. Mais tout cela ne veut pas dire que chez nous, le rôle de l’humain a été mis hors-jeu : nous avons toujours besoin de beaucoup de matière grise et d’expérience pour le contrôle, la résolution de problème et la créativité. Et nous proposons désormais à notre personnel des conditions de travail plus flexibles qui leur permet de combiner plus facilement vie privée et professionnelle."

Tout comme les représentants de Newtec et Van Hoecke, le Dr Beitinger explique aussi que la transformation en usine du futur est dans la pratique aussi fait d'essais et d'erreurs. Dans sa présentation, il souligne un certain nombre de  bonnes pratiques qui permettent de mener à bien un tel trajet. Et c’est pour cela qu’il défend une approche phasée (“observe and measure, analyse, predict, prevent”) qui peut s'appliquer à tous les processus au sein de l’organisation (logistique, automatisation de la production, gestion de l’énergie…).

Les Factory of the Future Awards sont une initiative commune d’Agoria et Sirris, avec le soutien de Flanders Make, Fedustria, Flanders’ Food, Flanders Synergy, Imec et DigitalWallonia.be.


> Découvrez ici toutes les photos de la remise des awards.