Olivier Gramaccia

Ces 28, 29 et 30 mars la Wallonie organisait le 3ème Workshop Interrégional du projet Interreg Europe 4.0Ready, qui vise à renforcer la capacité des PME à participer à l'industrie 4.0. Une visite de Sirris était également au programme.

Linde De Vriese
Didier Garray

Si la liberté offerte par l'impression 3D a résolu de nombreux problèmes techniques en permettant la fabrication directe de pièces de haute technicité, certains défis techniques demeurent cependant sans solution. Sirris entend changer cela, grâce à ses développements en matière de fabrication additive thermoplastique.

 

Carl Emmerechts

S’agissant de la fabrication de composants électroniques, les technologies d’impression sont en passe de devenir une méthode innovante de production d’un large éventail d’appareils et organes dans les domaines suivants : éclairage, médecine, batteries, cellules solaires, capteurs, antennes RFID, … Contrairement aux méthodes classiques reposant sur la photolithographie et des techniques soustractives intrinsèquement gaspilleuses, sans oublier la gravure ainsi que l’usage de produits chimiques toxiques et de matériaux dangereux, ces nouvelles techniques sont totalement additives.

Thomas Kairet

La fabrication additive sur lit de poudre de cuivre pur a fait l’objet de recherches ces dernières années. L’absorption par le cuivre pur de la longueur d’onde du faisceau émis par le laser communément utilisé sur les machines de FA est médiocre. Cette particularité se traduit par une réflexion excessive de l’énergie vers le système optique et par une piètre qualité du matériau.

Guido Heunen

La Belgique est une des pionnières dans la fabrication additive (également appelée impression 3D) et jouit d’un écosystème déjà particulièrement développé, idéal pour l’expérimentation en la matière. Toutes les conditions sont donc réunies pour tirer le meilleur parti de ces technologies. Il ne manque plus que le coup de pouce pour savoir comment.

Linde De Vriese
Didier Garray

Le développement durable est devenu incontournable dans notre société. Les objectifs ambitieux de neutralité carbone fixés par le législateur visent à réduire l'impact environnemental de toutes les activités industrielles. En Flandre, nous visons ainsi une réduction de 30% de l’empreinte des matériaux d'ici 2030 et une économie complètement circulaire en 2050. Des objectifs ambitieux que les entreprises s’emploient à concrétiser. Les matériaux composites peuvent-ils jouer un rôle ?

Julien Magnien

Actuellement, il est difficile de trouver une machine de fabrication additive produisant des pièces métalliques à un coût relativement faible. Pour de nombreuses petites entreprises, cette technologie est donc inaccessible. Le 14 décembre, les partenaires du projet FabricAr3v organiseront une journée conférence & réseautage sur les technologies d'impression 3D métaux low cost.

Peter ten Haaf

Chaque année, la Commission européenne récompense des projets financés par l’UE qui mettent à l’honneur l’excellence et les nouvelles approches en matière de développement régional. Elle organise des activités de communication à l'échelle de l'UE pour braquer les projecteurs sur les projets participants, afin qu’ils inspirent d’autres régions dans toute l’Europe. Sirris est fière d'annoncer que notre projet FEDER « Intégration de l’impression 3D métal » est l'un des 25 finalistes dans la catégorie Une Europe Intelligente.

Bart Teerlinck

L’offre d’impression 3D en métal est en forte croissance. Machines, matériaux, logiciels, conception et finition... pour chaque technologie, il existe des possibilités et des défis spécifiques. Êtes-vous toujours au courant des dernières évolutions ? Le nouveau réseau d’apprentissage « Metal Additive Manufacturing » vous apporte des connaissances et des idées transmises par des experts, des pairs et des experts du vécu. Participez sans engagement à la séance d’information en ligne du 6 juillet !

 

Thomas Kairet
Jeroen Tacq

Sirris a fait l'acquisition d'un nouveau système portable de mesure des contraintes par diffraction des rayons X, dans le cadre du projet FEDER IAWATHA, subventionné par l'Union européenne et la Wallonie. Ce système, unique en Belgique, constitue un outil très puissant pour mesurer la qualité de tous types de pièces, moulées, forgées, usinées, etc., - ainsi que de processus, tels que le soudage, l’impression 3D, la projection d'abrasifs par voie sèche ou le traitement thermique. Sa capacité à caractériser les contraintes localisées est essentielle pour améliorer les conditions de traitement.