Avez-vous un robot interactif chez vous ?

Les robots prennent petit à petit leur place dans la société. Alors que les robots à usage industriel ont fait leurs preuves et s'adaptent progressivement à d'autres domaines (par exemple les soins de santé), le robot domestique social n'a pas autant progressé qu’on aurait pu l'espérer.

Où en est le robot domestique interactif et quelles ont été les évolutions des quatre dernières décennies ? Si l'on regarde les campagnes publicitaires des 35 dernières années, le robot domestique à usage général est toujours bien loin de la réalité, tant au niveau de son potentiel que de la manière dont son comportement est présenté comme optimal.

Si les robots pouvaient (et peuvent toujours) faire de nombreuses choses, leur programmation exige une bonne dose de savoir-faire, d'habileté et de patience. Ceci dit, les robots des années 1980 n’étaient pas exposés à la concurrence d'autres gadgets technologiques, contrairement aux robots domestiques modernes qui doivent justifier leur présence et prouver leur utilité dans des foyers où la technologie est omniprésente. Désormais, ils sont généralement plus faciles à programmer, mais pas encore prêts à l'emploi, ce qui constitue toujours un obstacle à l'achat. De plus, les robots interactifs ont toujours été assez chers, et les choses n'ont pas vraiment changé, notamment si on les compare aux ordinateurs dont le prix s’est bien démocratisé.

Depuis les années 1980, les robots d'entretien ménager sont présentés comme l’ami proche ou un membre de la famille, capables de prendre en charge une variété de tâches afin de rendre la vie des gens plus agréable. Une telle image a suscité des attentes impossibles à satisfaire. C’est tout aussi vrai pour le délai dans lequel cela allait se produire. Même si de nombreuses choses ont changé au cours des 35 dernières années, les évolutions se produisent à un rythme beaucoup plus lent qu'initialement prévu.

Ce qui a changé

Après des années de recherche, le design des différents robots domestiques interactifs est devenu progressivement similaire : minimaliste, arrondi, blanc et doté d’une grande « tête ». Cette évolution est destinée à aboutir à un design sûr, pratique et facile à construire avec un look neutre que les gens trouvent attirant et qui s'intègre dans tous les intérieurs.

Par ailleurs, les bras ou les pinces du passé ont disparu, puisqu'un robot ne peut transporter ou manipuler un objet qu’après l’avoir reçu d’un opérateur humain. Saisir n’importe quel objet s’avère une tâche si complexe que les constructeurs y ont renoncé plutôt que de plancher sur la conception d'un robot doté de bras.

Bon nombre des tâches que les robots domestiques sociaux devaient être en mesure d'accomplir dans les années 1980 relèvent maintenant de la domotique : allumage et extinction de l'éclairage, sécurité, accès aux informations par l’intermédiaire d’internet, etc. À l’heure actuelle, les robots ne peuvent plus se distinguer par ces tâches, car les smartphones et d’autres appareils peuvent tout aussi bien les accomplir. Pour l’instant, le robot domestique social n'a donc pas vraiment pu conquérir sa place fonctionnelle dans la maison.

(Illustration ci-dessus: robots sociaux passés et présents - Omnibot 2000 et Jibo - Source : Tomy et Jibo) 

Tags: