Aller au contenu principal

Corrosion management

Solutions durables pour la gestion de la corrosion

La corrosion est un problème souvent sous-estimé dans tous les secteurs où l’eau entre en contact avec le métal, comme dans le monde maritime, les constructions offshore, l’industrie portuaire, les stations d’épuration, les structures en acier... Dans des conditions agressives, les métaux sont soumis à de fortes contraintes qui peuvent donner naissance à la corrosion. Les coûts liés à la corrosion ont un impact énorme sur l’économie. Dans un rapport de DNV-GL, les coûts globaux pouvant être attribués à la corrosion sont estimés à 3,8 % du PIB européen, soit environ 500 milliards d’euros. Étant donné que près d’un tiers des coûts liés à la corrosion peuvent être évités, le déploiement d’innovations anticorrosion joue un rôle crucial. Sirris conseille les entreprises dans le domaine de la prévention et de la surveillance de la corrosion. Ce n’est qu’en disposant des bonnes informations que des décisions correctes peuvent être prises, tant en matière technique que de gestion. Une conception personnalisée, une sélection appropriée des matériaux et des revêtements et un système d’inspection basé sur les risques et alimenté par des données peuvent permettre aux entreprises d’économiser de grandes sommes d’argent.

 

Sirris participe à plusieurs initiatives et projets de recherche touchant à ces sujets.

Évaluation de la durée de vie du parc éolien belge

La Belgique ne cesse de développer son parc éolien en mer du Nord. En 2009, les six premières éoliennes du parc éolien offshore C-Power produisaient pour la première fois de l’électricité verte, et d’ici fin 2020, les éoliennes offshore fourniront de l’électricité à quelque 2 300 000 ménages. Une procédure avancée est nécessaire pour assurer l’intégrité structurelle de ces mastodontes et assurer l’approvisionnement en énergie. Les structures en acier sont sujettes à la fatigue et à la corrosion, ce qui exerce un impact considérable sur leur durée de vie. En raison de l’accessibilité limitée et des coûts élevés d’inspection et de réparation, des capteurs et outils d’évaluation précis sont nécessaires pour permettre aux propriétaires et exploitants des parcs éoliens d’en optimiser le fonctionnement afin que le « coût actualisé de l’énergie » (LCoE) descende en dessous de 60 €/MWh. 

 

Le projet MaxWind (Maintenance, Inspection et Exploitation Optimisation of Offshore Wind Farms subjected to Corrosion-Fatigue) vise à obtenir une meilleure estimation de la durée de vie résiduelle des éoliennes offshore et à proposer des plans d’inspection optimisés pour un groupe de structures similaires. Grâce à une combinaison de données de mesure réelles et de modèles de simulation avancés qui cartographient les effets de la corrosion et de la fatigue, les opérateurs peuvent mettre à jour régulièrement la fiabilité structurelle. MaxWind mettra l’accent sur les fondations monopiles, car ce sont les modèles les plus couramment utilisés dans les eaux belges.

 

En raison de l’environnement agressif, des coûts élevés, des actifs importants et de l’accessibilité difficile, les parcs éoliens offshore sont des pionniers dans l’élaboration et l’application de nouvelles méthodologies anticorrosion. Parallèlement, le potentiel d’application de ces développements aux structures terrestres, aux parcs de machines, aux flottes de véhicules autonomes... est considérable. Sirris a déjà acquis une expertise dans le secteur offshore et souhaite aider les entreprises à effectuer la transition nécessaire afin que ces connaissances et cette expertise puissent également être mises à profit ailleurs.

 
 

maxwind

Un « laboratoire » pour soutenir l’industrie de transformation dans la lutte contre la corrosion

La région limitrophe entre la Flandre et les Pays-Bas abrite l’un des plus grands regroupements d’industries de transformation au monde. Cependant, de nombreuses installations sont vieillissantes, de sorte que la gestion de la corrosion revêt une priorité élevée. Afin de garantir la compétitivité de cette industrie, il est très important que les installations puissent continuer à fonctionner de manière optimale, sans faille, en toute sécurité, et avec un impact environnemental aussi limité que possible, ce qui nécessite des innovations en matière de gestion de la corrosion.

 

C’est dans cette optique que la Flandre et les Pays-Bas ont lancé le projet interrégional « Praktijklab Corrosie & Isolatie ». Ce « laboratoire » a pour objectif de combiner les infrastructures d’essai existantes et futures en matière de prévention, de détection et de réparation de la corrosion dans trois institutions d’enseignement et de connaissances renommées de la région limitrophe. Sirris va continuer à développer son infrastructure et ses connaissances en matière de choix des matériaux, de revêtements et de surveillance de la corrosion. L’infrastructure est axée sur la recherche industrielle et le soutien tant à l’industrie de transformation qu’à tous les autres secteurs qui subissent les effets de la corrosion. 

 

Iterreg Vlaanderen NEderland

Déterminer efficacement les risques de corrosion des installations grâce à des paramètres environnementaux

Une gestion optimale de la corrosion pourrait permettre de réduire le coût de la corrosion de 25 à 30 %. Actuellement, cette gestion est principalement régie par des directives générales, bien que la corrosion elle-même soit provoquée par des conditions locales bien spécifiques. Cette incohérence constitue la base de SOCORRO (Seeking out corrosion), un projet qui s’inscrit dans le cadre du programme Interreg2Seas et qui vise à développer une application en ligne utilisant des paramètres environnementaux pour évaluer le risque de corrosion. L’évolution du risque de corrosion au fil du temps (risque de corrosion accumulé) peut jeter les bases d’un régime de contrôle basé sur les risques et de décisions de gestion basées sur les données.

 

Concrètement, l’application est constituée d’un algorithme basé sur l’intelligence artificielle et d’une structure de capteurs standardisée. Son efficacité sera démontrée pour diverses applications : fondations d’éoliennes offshore, ports, appontements, industrie de transformation et stations d’épuration. Une fois validé, le logiciel open source sera mis à la disposition des fabricants, des opérateurs et des utilisateurs finaux afin qu’ils puissent mettre en place des mesures appropriées et adéquates et ainsi réduire le coût de la corrosion.

 

L’avantage que présente cette application par rapport aux mesures directes de la vitesse de corrosion est que les paramètres environnementaux fournissent des indications sur le risque auquel est exposée l’ensemble de l’installation ou, plus généralement, auquel sont exposées les installations confrontées à des conditions similaires. Et ce contrairement aux mesures directes de la corrosion qui fournissent des informations locales et détaillées. En ce sens, les deux approches sont donc parfaitement complémentaires.

 

Socorro project interreg