Aller au contenu principal

Offshore wind energy

Un réseau d’entreprises exploite le potentiel économique du marché 

L'énergie offshore est un marché de croissance à fort potentiel d’exportation pour nos entreprises. C’est aussi un marché exigeant, à forte intensité capitalistique et risqué, en phase de consolidation, se caractérisant par une grande diversité multidisciplinaire et technologique et une tendance marquée à l’augmentation des performances et à la réduction des coûts. Cette complexité requiert un fonctionnement structuré en cluster, axé sur l’innovation, appuyé par la collaboration mutuelle et avec des acteurs étrangers, afin d’exploiter au mieux le potentiel économique de l'énergie offshore en Flandre.

 

Depuis 2017, tout qui exerce déjà des activités dans l’énergie offshore ou aimerait découvrir les possibilités de développement de produits et services novateurs pour son entreprise peut s’adresser au réseau d’entreprises innovant (IBN) consacré à l’énergie offshore. Ce réseau offre un appui de fond pour mettre sur pied des projets d’innovation dans l'énergie éolienne, marémotrice et hydrolienne offshore. Sirris a pris l’initiative de cette collaboration avec l’UGent, la VUB et Agoria comme partenaires de projet.

 

Le fonctionnement en cluster présente de nombreux avantages. Les connaissances (technologiques) débouchent plus vite sur un déploiement. La démonstration vient étayer les investissements R&D orientés marché. De nouvelles chaînes de valeur voient le jour à l'aide de solutions intégrées et les atouts flamands bénéficient d'une visibilité lors de forums internationaux sur la recherche, le développement et l’innovation.

 

L’IBN compte déjà 40 membres. 

Des solutions anti-corrosion améliorent la compétitivité du secteur offshore

Comment un nouveau secteur peut-il tirer profit des connaissances et de l’expérience de secteurs classiques ? C’est le point de départ du projet européen NeSSIE (North Sea Solutions for Innovation in Corrosion for Energy) qui a pour objectif de créer des opportunités d’investissement dans le secteur de l’énergie renouvelable offshore, en s’attaquant aux coûts inhérents à la corrosion des installations.

 

Le développement de solutions durables pour lutter contre la corrosion constitue en effet l’un des grands défis pour les installations offshore, au vu de son impact sur l’intégrité structurelle et les coûts d’entretien. La lutte contre la corrosion est dès lors un facteur déterminant pour la compétitivité de l’énergie offshore par rapport à la production d’énergie traditionnelle.

 

NeSSIE vise à promouvoir la coopération stratégique dans le bassin de la mer du Nord pour encourager les projets d’entreprise dans l’industrie maritime. Des projets de démonstration vont également être élaborés en vue de présenter des solutions de lutte contre la corrosion destinées au secteur de la production d’énergie offshore (énergie éolienne, vagues et marées). Dans un premier temps, les solutions anti-corrosion disponibles ont été répertoriées dans un document reflétant l’état actuel de la technique.

 

Sirris participe également au consortium via l’OWI-Lab en apportant une contribution technologique essentielle. 

 

Prix de la meilleure publication pour l’OWI-Lab au congrès Offshore Wind Energy

Les efforts de R&D à long terme consentis par l’OWI-Lab dans le parc éolien offshore Belwind ont été récompensés par le prix de la meilleure publication R&D dans la catégorie « technologie d’éoliennes » lors du congrès Offshore Wind Energy de Londres


Depuis 2011, l’OWI-Lab réalise des mesures d’accélération sur les fondations d’une éolienne offshore dotée d’une sous-structure monopieu dans le parc éolien Belwind. L’objectif principal de cette campagne de mesure R&D consistait à valider le design à l’aide de mesures sur site sur l’éolienne opérationnelle. L’opérateur s’est particulièrement intéressé aux fréquences de résonance, qui peuvent fournir des informations au sujet des conditions du sol sur le site à long terme. Les résultats montrent qu’en cinq ans, la seconde fréquence de résonance a augmenté progressivement au fil du temps. Cette évolution à long terme montre que les conditions du sol varient avec le temps en fonction du vent au large, ce qui justifie la surveillance continue des fréquences de résonance au fil du temps. 

 

La publication de R&D récompensée a été rédigée par Wout Weijtjens, chercheur à l’OWI-Lab. 

L’OWI-Lab, partenaire R&D de et pour l’industrie éolienne

En 2017 également, l’OWI-Lab a soutenu le secteur éolien à plusieurs reprises en apportant du contenu.

 

Ainsi, dans le cadre du projet VIS-OWOME, il était présent avec quelques autres partenaires lors de l’atelier Smart@Sea sur l’énergie éolienne organisé le 20 avril à Ostende. Cet événement sur la numérisation du secteur de l'éolien offshore a mis en contact des acteurs du secteur TIC avec des acteurs de l'énergie offshore afin de dégager des synergies.

 

Le 21 septembre, la Belgian Energy Research Alliance (BERA) a organisé, en collaboration avec l’IBN Offshore Energy (dans lequel l’OWI-Lab est également impliqué), Tweed et VLIZ, un Brokerage Event afin de mettre en lien le secteur belge de l’éolien offshore avec des centres de recherche et permettre ainsi l’innovation. Outre l’OWI-Lab, le département Data Innovation de Sirris a été également représenté lors de cet événement.

 

L’événement « Optimising Wind Farms In Cold Climates » qui s’est déroulé les 17 et 18 octobre à Anvers était consacré aux complexités commerciales et techniques pouvant nuire au fonctionnement des parcs éoliens. Ce dernier aspect a pu être démontré à la perfection dans la chambre climatique de l’OWI-Lab. En effet, les éoliennes sont de plus en plus souvent confrontées à des conditions glaciales rencontrées dans de nombreuses régions du globe. Dans de telles conditions climatiques, les éoliennes doivent parfois être déconnectées et redémarrées. Il est donc essentiel de tester des composants spécifiques lors d’un démarrage à froid. Dans le cadre de l’événement, une délégation de fabricants, de propriétaires et de prestataires de services de l’industrie éolienne a pu assister à une telle campagne de test à des températures extrêmes à l’OWI-Lab. Les observateurs ont ainsi pu constater par eux-mêmes l’effet de basses températures et du verglas sur les principaux composants. Outre le transformateur d’éolienne, des échantillons de revêtements antigel et de détection de glace sur des pales de petite taille ont également été testés.

 

Du 28 au 30 novembre 2017 a eu lieu au centre de conférence RAI d’Amsterdam WindEurope Conference & Exhibition, une conférence et un salon internationaux pour et sur l’énergie éolienne terrestre et maritime. L’événement proposait un solide programme de conférences, avec des sujets allant de la technologie éolienne au financement en passant par la logistique et l’O&M, avec des intervenants d’entreprises phares, des pouvoirs publics, d’instituts de recherche et d’universités. Le secteur belge était bien représenté, par de nombreux exposants. L’OWI-Lab y partageait un stand avec Fabriek voor de Toekomst Blue Energy.